Japon-Les entreprises d'humeur morose sur fond de chute du yen

jeudi 12 mars 2015 10h32
 

TOKYO, 12 mars (Reuters) - Le moral des grandes entreprises japonaises s'est dégradé au premier trimestre et pourrait se détériorer encore dans les trois mois à venir en raison notamment d'une hausse des coûts des produits importés provoquée par la dépréciation du yen, montre une enquête publiée jeudi.

L'indicateur BSI (business survey index) publié chaque trimestre par le ministère des Finances est ressorti à +2,4 pour les trois mois premiers mois de l'année, après +8,1 au trimestre précédent. Il est attendu à -0,9 au deuxième trimestre.

"Les entreprises nous disent qu'elles sont confrontées à une hausse des coûts des matières premières importées, que la main d'oeuvre manque et que les factures d'électricité augmentent", a déclaré un responsable du ministère des Finances.

Cet indicateur survient alors que la Banque du Japon maintient son programme d'assouplissement monétaire massif au moment où la Réserve fédérale américaine suit le chemin inverse et s'apprête à relever ses taux, ce qui a pour effet d'aggraver la chute du yen.

La devise japonaise est tombée mardi un plus bas de huit ans face au billet vert, à 122 yens pour un dollar.

Longtemps souhaitée par les décideurs économiques du Japon pour lutter contre une déflation chronique, la baisse du yen a pris une ampleur qui inquiète désormais le gouvernement comme les intervenants de marché.

Ses effets indésirables commencent à pesrt sur l'économie en réduisant les bénéfices des entreprises importatrices.

"Une accélération de la dépréciation du yen pourrait être préoccupante dans un contexte déflationniste qui a un impact sur les coûts des entreprise et menace de réduire leurs bénéfices", estime Takeshi Minami, économiste à l'institut de recherche Norinchukin.

Si les entreprises japonaises font grise mine, les ménages sont plus optimistes. Leur moral s'est amélioré en février, pour le troisième mois consécutif, montre un autre indicateur publié jeudi, qui mesure les attentes des consommateurs japonais concernant les salaires et l'emploi. (Tetsushi Kajimoto; Patrick Vignal pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)