** LE POINT SUR LES MARCHÉS à la mi-séance en Europe **

mercredi 11 mars 2015 12h38
 

* Les valeurs à suivre à la Bourse de Paris 
    * Les valeurs à suivre à Wall Street : 

    PARIS, 11 mars (Reuters) - A l'exception de la Bourse de Londres, les
Bourses européennes enregistraient un rebond marqué mercredi vers la mi-séance,
portées par la faiblesse de l'euro et, de manière plus générale, par le flux
soutenu d'investissements induit par le programme de rachats d'actifs de la
Banque centrale européenne (BCE), lancé lundi.
    Alors que le dollar continue sa marche en avant dans l'anticipation d'une
hausse prochaine des taux d'intérêt de la Réserve fédérale, Wall Street est
attendue en léger rebond à l'ouverture après avoir subi mardi sa pire séance en
deux mois en raison des craintes de l'impact de la vigueur du billet vert sur
les comptes des entreprises américaines.
    À Paris, le CAC 40 prend 1,88% (+91,54 points) à 4.972,76 points
vers 11h40 GMT. À Francfort, le Dax avance de 1,67% mais à Londres, le
FTSE ne gagne que 0,07%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 
progresse de 1,29% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 1,74%.
    La Bourse de Londres, qui avait chuté bien plus que les autres mardi, reste
plombée, entre autres, par le recul de certains poids lourds des matières
premières, qui pâtissent de la bonne tenue du dollar et de piètres indicateurs
macro-économiques chinois. 
    L'euro est passé sous la barre de 1,06 dollar pour la première fois
depuis avril 2003, à 1,057 (-1,21%), sous le coup de l'écart de rendement entre
les obligations souveraines de la zone euro et les emprunts du Trésor américain.
    Depuis le début de l'année, la monnaie unique accuse un repli de 12% face au
dollar. Depuis mai 2014, le recul est de 35%. Face au yen, l'euro est à un plus
bas depuis la mi-2013.
    "La vigueur du dollar américain va être un facteur de soutien pour les
marchés actions européens", a déclaré François Savary, chargé de la stratégie
chez Reyl.
    Les rendements des obligations souveraines allemandes, autrichiennes,
belges, espagnoles, finlandaises, françaises, irlandes, italiennes et
néerlandaises ont touché un plus bas record toujours en raison du lancement,
lundi, du programme de rachat d'actif de plus de mille milliards d'euros de la
Banque centrale européenne (BCE).
    En raison de l'anticipation de ce programme puis de sa mise en oeuvre, le
FTSEurofirst 300 enregistre une hausse de plus de 15% depuis le début de l'année
alors que le S&P 500 est repassé en territoire négatif après sa chute de la
veille.
    
    * Tableau des principaux marchés mondiaux : 

 (Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)