11 mars 2015 / 09:27 / il y a 2 ans

Fabriqué en Chine : les entreprises publiques préparent leur mue

par Matthew Miller et Charlie Zhu

PEKIN/HONG KONG, 11 mars (Reuters) - La Chine devrait se lancer dans une vaste restructuration de ses entreprises publiques dans le cadre de son nouveau plan "Fabriqué en Chine 2025" qui vise à relancer sa croissance et relever le niveau de compétitivité dans l'ensemble du pays.

Cette initiative vise à promouvoir sur les marchés étrangers les secteurs clés de l'économie, comme le rail ou la construction de centrales nucléaires, et à créer pour ce faire des géants de taille internationale.

Elle a été officialisée la semaine dernière par le Premier ministre chinois Li Keqiang, alors que le gouvernement table sur une croissance économique de l'ordre de 7% en 2015, soit son niveau le plus faible depuis un quart de siècle.

"Sans la taille et la puissance, l'internationalisation est plutôt difficile", commente Li Dongsheng, patron du géant des téléphones mobiles et des téléviseurs TCL Corp.

Le plan de restructuration, qui devait être publié d'ici la fin du mois, prévoit notamment l'établissement de sociétés de gestion des participations de l'Etat dans les entreprises publiques et la mise en place dans les sociétés publiques de programmes de rémunération liés à la performance.

L'Etat entend se renforcer dans certains secteurs comme l'énergie et les transports et se désengager d'autres via des cessions de participations et des introductions en Bourse.

L'amélioration de l'efficacité des entreprises publiques, qui dominent des secteurs clés de l'économie chinoise, est indispensable pour la Chine si elle veut maintenir le rythme de forte croissance qu'elle connaît depuis 20 ans.

"La Chine veut créer des entreprises plus compétitives au niveau mondial", résume Andrew Baston, qui dirige les analyses de la société de consultants Gavekal Dragonomics à Pékin. "Une des manières d'y parvenir est de contraindre les entreprises à augmenter de taille."

SPÉCULATION SUR DE NOUVEAUX CHAMPIONS

La Chine a expérimenté ce mouvement de concentration depuis le 15e Congrès du Parti communiste en 1997, notamment dans les secteurs nucléaire et ferroviaire. Mais Pékin pourrait procéder à la restructuration d'autres grandes entreprises industrielles et donner naissance à de nouveaux champions nationaux.

Le jour même où la semaine dernière le Premier ministre chinois Li Keqiang présentait le plan 2025, la société chargée de superviser les participations de l'Etat approuvait la fusion des deux grands fabricants ferroviaires China CNR et China CSR.

De même, China Power Investment (CPI) et State Nuclear Power Technology (SNPTC) étudient leur rapprochement.

Dans la construction navale, une fusion pourrait déjà être en cours chez China State Shipbuilding Corp et China Shipbuilding Industry Corp, selon la presse chinoise.

En revanche, les spécialistes chinois des hydrocarbures, tout en reconnaissant des restructurations nécessaires dans le secteur, excluent l'idée avancée par un article de la presse étrangère selon lequel la Chine serait prête à fusionner deux de ses géants pétroliers, la China National Petroleum et le groupe Sinopec. Un tel mariage donnerait naissance à un monopole trop difficile à gérer en raison de sa taille et ne serait pas bon pour le consommateur, font-ils valoir.

La restructuration anticipée des sociétés du secteur public a suscité une demande spéculative en Bourse.

Les cours de China CNR et de CSR ont bondi de 10% chacun, soit le maximum autorisé en une séance, le 5 mars, quelques heures avant que les sociétés n'annoncent le feu vert donné à leur rapprochement.

Wu Da, gérant de fonds chez Changsheng Fund Management à Pékin, explique que la société qui l'emploie est à la recherche d'actions de sociétés qui devraient bénéficier de la réforme du secteur public.

"C'est devenu l'une de nos priorités", affirme-t-il, soulignant que de nombreuses sociétés publiques, comme celles des provinces de Anhui et Shanghai, sont susceptibles d'être recapitalisées par leur maison mère ou introduites en Bourse.

Pour un graphique boursier relatif aux anticipations de concentration : link.reuters.com/qam34w (Avec Fang Yan à Pékin et Brenda Goh à Shanghai; Danielle Rouquié pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below