5 mars 2015 / 09:14 / dans 3 ans

LEAD 2-USA/Pharmacie-AbbVie acquiert Pharmacyclics pour $21 mds

* AbbVie met la main sur l‘Imbruvica, “blockbuster” en devenir

* J&J et Novartis étaient également pressentis

* AbbVie offre $261,25 par action, soit une prime de 13%

* Le titre AbbVie recule à Wall Street, Pharmacyclics s‘envole (Actualisé avec détails, commentaire du DG, cours de Bourse)

5 mars (Reuters) - Le groupe pharmaceutique américain AbbVie a annoncé mercredi soir le rachat du laboratoire californien Pharmacyclics, spécialiste de l‘oncologie, pour 21 milliards de dollars (19 milliards d‘euros).

En se renforçant dans les traitements contre le cancer, le groupe de Chicago réduit sa dépendance envers le Humira, son médicament vedette contre la polyarthrite rhumatoïde qui représente l‘essentiel de ses ventes mais verra son brevet tomber dans le domaine public dans quelques années.

Il fait également oublier l‘acquisition manquée du laboratoire irlandais Shire, une opération de 55 milliards de dollars à laquelle il avait choisi de renoncer l‘an dernier après le durcissement des lois fiscales aux Etats-Unis..

Pharmacyclics produit l‘Imbruvica, un médicament autorisé dans plus de 40 pays et qui est prescrit aux Etats-Unis pour lutter contre quatre formes du cancer du sang. Ses ventes devraient dépasser le cap du milliard de dollars cette année rien qu‘aux Etats-Unis.

“Imbruvica n‘est pas seulement complémentaire des produits d‘AbbVie dans l‘oncologie mais il a aussi démontré une grande efficacité contre une large palette de maladies hématologiques et amélioré la qualité des soins apportés aux patients”, déclare Richard Gonzalez, le directeur général d‘AbbVie, dans le communiqué annonçant l‘acquisition.

AbbVie, scindé d‘avec Abbott Laboratories en 2013, s‘attend à ce que la transaction augmente sensiblement ses résultats à partir de 2017.

Pharmacyclics, basé à Sunnyvale en Californie, a un accord de commercialisation de l‘Imbruvica avec Janssen, filiale de Johnson & Johnson. Outre son traitement vedette, il a trois produits en développement.

Des journaux ont rapporté mercredi que Johnson & Johnson était sur le point d‘acquérir Pharmacyclics et le suisse Novartis a aussi été présenté comme un candidat possible au rachat du laboratoire californien.

PRIME DE 13%

Le secteur pharmaceutique connaît actuellement une vague de consolidation, nombre de grands groupes recourant à la croissance externe pour mettre la main sur de nouveaux produits prometteurs développés par des sociétés biotechnologiques.

Depuis le début de l‘année, la pharmacie a représenté 10,5% du total des fusions-acquisitions dans le monde contre 3 à 4% habituellement, selon les données Thomson Reuters

Rien qu‘en février, Pfizer a emporté Hospira pour quelque 15 milliards de dollars et un autre laboratoire américain, Salix Pharmaceuticals, est passé sous le contrôle du canadien Valeant Pharmaceuticals International moyennant 10,1 milliards de dollars.

AbbVie propose 261,25 dollars en numéraire et en titres pour chaque action Pharmacyclics, soit une prime de 13% par rapport au cours de clôture de sa cible mercredi soir sur le Nasdaq.

L‘action Pharmacyclics s‘était appréciée de 22% depuis le 25 février, date à laquelle Bloomberg avait rapporté que l‘entreprise envisageait de se vendre et avait reçu des marques d‘intérêt de J&J et de Novartis.

Mercredi à Wall Street, l‘action AbbVie décroche de 3,35% vers 15h50 GMT et celle de Pharmacyclics s‘envole de 10,51%.

J&J a fait savoir mercredi que l‘acquisition de Pharmacyclics par AbbVie ne remettait pas en cause son accord commercial sur l‘Imbruvica.

AbbVie, qui pense boucler la transaction vers le milieu de l‘année, dit s‘être battu avec deux autres laboratoires jusqu‘au “dernier moment”. Le groupe de Chicago s‘attend à ce que l‘Imbruvica génère à terme un chiffre d‘affaires de plus de 7 milliards de dollars par an.

Le PDG du groupe Richard Gonzalez s‘est également dit confiant sur l‘avenir de son médicament vedette Humira, lors de la conférence avec les analystes suivant l‘annonce du rachat de Pharmacyclics.

L‘Humira va continuer à croître malgré la menace des génériques, a-t-il expliqué, ajoutant que le groupe développe une formule modifiée de ce médicament susceptible de le protéger des copies génériques. (Supriya Kurane à Bangalore, avec Ben Hirschler à Londres, Véronique Tison et Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below