LEAD 1-Feu vert US à l'Opdivo de BMS pour le cancer du poumon

mercredi 4 mars 2015 21h36
 

(Actualisé avec précisions, cours)

4 mars (Reuters) - Les autorités de santé américaines ont autorisé mercredi la prescription de l'Opdivo, un médicament développé par Bristol-Myers Squibb (BMS), dans le traitement de la plus répandue des formes de cancer du poumon, un feu vert qui a fait bondir le cours de Bourse du groupe pharmaceutique.

L'accord de la Food and Drug Administration (FDA) intervient trois mois seulement après la publication par BMS de résultats d'essais cliniques montrant que l'Opdivo permettait de prolonger la survie des malades atteint d'un cancer du poumon non à petites cellules squameux (CPNPC), l'un des plus communs.

La décision intervient également plus de trois mois avant la date prévue initialement par l'agence fédérale.

L'Opdivo (nivolumab) avait déjà obtenu l'homologation pour le traitement du mélanome avancé mais la FDA a approuvé mercredi son utilisation dans le traitement du CPNPC lorsque celui-ci progresse après une chimiothérapie, le traitement en première ligne le plus souvent prescrit pour ce type de cancer.

L'Opdivo appartient à une nouvelle famille jugée prometteuse de médicaments, les inhibiteurs PD-1, qui bloquent un mécanisme utilisé par les tumeurs pour se dissimuler face au système immunitaire et permettent donc à celui-ci de les reconnaître et de les combattre.

Il a bénéficié d'une procédure prioritaire d'examen de la FDA, réservée aux médicaments dont l'agence estime qu'ils peuvent apporter une amélioration importante au traitement de maladies graves.

Les analystes financiers pensent que sa prescription dans le traitement du cancer du poumon pourrait se traduire par plusieurs milliards de dollars de ventes supplémentaires pour l'Opdivo.

A Wall Street, l'action Bristol-Myers Squibb gagnait 5,53% à 65,3450 dollars à 20h33 GMT après être monté à 65,65 dollars, un niveau qu'il n'avait plus atteint depuis début 2001. (Bill Berkrot et Michele Gershberg, Marc Angrand pour le service français)