** LE POINT SUR LES MARCHÉS à la clôture en Europe **

vendredi 27 février 2015 18h14
 

PARIS, 27 février (Reuters) - Les Bourses européennes ont dans l'ensemble
clôturé en hausse vendredi, terminant le mois à des plus hauts de sept ans et
portées par la perspective de la mise en oeuvre du programme d'assouplissement
quantitatif de la Banque centrale européenne (BCE) le mois prochain et les
résultats meilleurs qu'attendu d'Airbus. 
    À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,83% (+40,86 points) à
4.951,48 points. Le Dax allemand gagne 0,66% % mais le Footsie
britannique est quasi-inchangé (-0,04%) après avoir touché un nouveau
plus haut record en séance à 6.967,24 points. L'indice EuroStoxx 50 
avance de 0,67% et le FTSEurofirst 300 de 0,27%.
    L'indice CAC 40 affiche une progression de 7,54% sur le mois et de 15,89%
depuis le début de l'année, soit sa meilleure performance sur les deux premiers
mois de l'année depuis sa création fin 1987. 
    Après une ouverture en baisse dans la foulée de la publication des chiffres
révisés du PIB du quatrième trimestre aux Etats-Unis, montrant un ralentissement
de la croissance plus marqué que prévu sur la période, Wall Street a réduit ses
pertes mais continue d'évoluer dans le rouge à la clôture des marchés européens.
 
    Les autres indicateurs publiés vendredi ont envoyé des signaux
contradictoires sur l'économie américaine. 
    Les promesses de vente immobilière ont atteint en janvier un plus haut d'un
an et demi mais l'indice PMI pour la région de Chicago a reculé bien plus que
prévu tombant à un plus bas depuis juillet 2009 et montrant une contraction de
l'activité. [IS:nL5N0W14MB] et 
    Enfin, le sentiment du consommateur américain a reflué en février, après
avoir atteint un sommet de 11 ans, selon l'indice de l'Université du Michigan
dans sa version définitive. 
    Aux valeurs, Airbus Group, deuxième plus forte hausse du Stoxx 600
et en tête du CAC 40, termine en hausse de 7,17%. L'avionneur européen va
augmenter la cadence de production des appareils de la famille A320 à 50 par
mois à partir du premier trimestre 2017, pour répondre à la demande.
 
    Bankia clôture en hausse de 4,76%, la banque espagnole ayant
annoncé vendredi que les coûts qu'elle devra assumer pour dédommager ceux qui
avaient investi dans son introduction en Bourse de 2011 seront plafonnés à 312
millions d'euros. 
    International Consolidated Airlines Group (IAG), la maison mère de
British Airways et Iberia prend 3,66%. Le groupe a relevé de plus de 20% de la
prévision de bénéfice 2015, creusant l'écart avec ses concurrents Lufthansa
(-0,99%) et Air France-KLM (+0,17%), l'un comme l'autre englués dans
une restructuration difficile. 
    A la baisse, le numéro un mondial de la chimie par le chiffre d'affaires
BASF recule de 1,57%, pénalisé par ses perspectives pour 2015.
 
    Le sidérurgiste allemand Salzgitter plonge de 6,71% car il prévoit
pour cette année un bénéfice d'exploitation inférieur aux attentes.
 
    Volkswagen, qui a dévissé de près de 6% après l'annonce en début
d'après-midi de ses résultats 2014, a effacé la totalité de ses pertes pour
terminer en hausse de 0,27%. Le premier constructeur automobile européen a
maintenu son objectif de marge en dépit d'un bénéfice record l'an passé,
observant que les risques géopolitiques et la baisse de la demande dans des
marchés de premier plan risquent de peser sur l'activité. 
    L'euro est stable par rapport au dollar autour de 1,12, après les
indications mitigées sur la conjoncture américaine. 
    Sur le marché pétrolier, le baril de Brent de la mer du Nord 
accentue ses gains (+2,43%), repassant au-dessus des 61 dollars avec
l'amélioration de la demande et des perturbations dans les approvisionnements.
Il devrait avoir enregistré en février une hausse d'environ 15%, la plus forte
sur un mois depuis 2009.
    
    * Tableau des principaux marchés mondiaux : 

 (Marc Joanny, édité par Wilfrid Exbrayat)