26 février 2015 / 16:13 / il y a 2 ans

Ankara reprend les discussions sur son système de missiles-sces

* Un contrat de $3,4 milliards

* Intérêt de groupes américain et franco-italien

* La Russie réaffirme son intérêt pour le contrat

* Interrogation sur l'intégration du système à l'Otan

par Orhan Coskun et Tulay Karadeniz

ANKARA, 26 février (Reuters) - La Turquie veut reprendre des discussions avec des entreprises européennes et américaines sur son système de missiles de longue portée car le groupe chinois présélectionné tarde à satisfaire tous les critères de ce projet de plusieurs milliards de dollars, ont indiqué jeudi deux responsables politiques.

En 2013, le chinois China Precision Machinery Import and Export a été choisi comme candidat préféré pour l'appel d'offres de 3,4 milliards de dollars (3,0 milliards d'euros) lancé par Ankara.

Le ministre turc de la Défense, Ismet Yilmaz, a dit la semaine dernière que ce système de défense, dont la Turquie souhaite depuis longtemps se doter, ne serait pas intégré au dispositif de l'Otan, dont le pays est membre, mais quelques jours plus tard, un porte-parole de la présidence a affirmé le contraire.

Un responsable de la Défense a dit à Reuters jeudi que des points d'interrogations demeureraient sur la proposition chinoise, notamment sur les "transferts de technologie".

"Les contacts sur ce dossier se poursuivent. Assurer le transfert technologique est l'un des points les plus importants de l'appel d'offres et sur ce sujet, aucune garantie totale n'a été apportée", a déclaré ce fonctionnaire.

Des représentants des Etats-Unis et de l'Otan ont critiqué la décision de la Turquie de se tourner vers la Chine pour ce contrat et plus encore vers China Precision Machinery, visé par des sanctions américaines pour avoir vendu des armes à l'Iran, à la Syrie et à la Corée du Nord.

Le groupe américain Raytheon, le groupe franco-italien Eurosam et la Russie, éliminée au premier tour de l'appel d'offres, figurent parmi les candidats toujours désireux de fournir à la Turquie un système de missile anti-aérien, ont dit à Reuters des responsables turcs.

Eurosam, détenu par le groupe européen MBDA et le français Thales, s'était classé en deuxième position dans l'appel d'offres initial. Le groupe américain Raytheon avait de son côté soumis une offre avec son système de missiles sol-air Patriot, actuellement en service dans 13 pays dans le monde.

Un des responsables turcs a dit qu'une délégation de la Défense s'était rendue en Italie fin janvier pour discuter avec Eurosam.

"En mars, une délégation ira aux Etats-Unis pour des discussions avec d'autres prétendants. Puis, une délégation se rendra en Chine pour y tenir des entretiens", a-t-il dit.

Selon les sources, en dépit des manifestations d'intérêt russes, la Turquie ne discute pas actuellement avec les Russes. (Claude Chendjou pour le service français, édité par Marc Angrand)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below