LEAD 1-La BCE pourrait accepter les titres grecs avec des réformes-Draghi

mercredi 25 février 2015 21h31
 

(Actualisé avec commentaires sur la Grèce)

BRUXELLES, 25 février (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) est prête à accepter de nouveau les obligations d'Etat de la Grèce en garanties de ses opérations de financement dès lors que le gouvernement grec respecte ses promesses de réformes, a déclaré mercredi Mario Draghi.

Le président de la BCE a défendu l'action de son institution devant le Parlement européen, au cours d'échanges parfois houleux avec certains eurodéputés.

Il a assuré que la BCE pourrait revenir sur le refus des obligations grecques décidé le 4 février, qui a de fait privé les banques grecques d'une importante source de financements et les a contraintes à se reposer essentiellement sur des liquidités d'urgence pour éviter de s'effondrer.

"La BCE n'avait d'autre choix que de lever cette dérogation", a déclaré Mario Draghi en élevant la voix pour couvrir les apostrophes de certains élus, notamment du Grec indépendant Notis Marias, contestant l'attitude de l'institution de Francfort à l'égard du nouveau gouvernement à Athènes élu le 25 janvier sur la promesse de mettre fin aux politiques d'austérité.

"Une fois cela dit, nous sommes prêts à réinstaurer la dérogation dès que le Conseil des gouverneurs aura jugé que les conditions pour une sortie réussie du programme d'aide sont réunies", a ajouté Mario Draghi.

Rien n'indique toutefois dans les propos de Mario Draghi que la BCE pourrait rapidement accepter à nouveau les obligations grecques en garanties.

Mario Draghi a exprimé mardi des réserves sur les réformes proposées par le gouvernement grec en l'invitant en termes voilés à ne pas décourager les contribuables de payer leurs dettes et leurs impôts.

  Suite...