24 février 2015 / 07:58 / dans 3 ans

LEAD 2-La Grèce soumet ses réformes, promet rigueur budgétaire

* Un texte qui constitue une première étape - Dijsselbloem

* Schäuble a demandé un vote cette semaine au Bundestag sur la prolongation de l‘aide

* La Bourse d‘Athènes, restée fermée lundi, gagne 7% (Actualisé avec contexte, Schäuble)

BRUXELLES/BERLIN, 24 février (Reuters) - Le gouvernement grec a communiqué dans la nuit de lundi à mardi un programme de réformes destiné à obtenir une prolongation de l‘aide financière de ses partenaires.

Ce document transmis à l‘Eurogroupe, à la Banque centrale européenne (BCE), au Fonds monétaire international (FMI) et à la Commission européenne, et dont Reuters a obtenu copie, tente de satisfaire à la fois les partenaires européens de la Grèce et l‘électorat du parti Syriza, porté au pouvoir en janvier sur une promesse de mettre fin à l‘austérité.

Le gouvernement d‘Alexis Tspiras s‘engage par exemple à ne pas revenir sur les privatisations réalisées ou en cours et à faire en sorte que ses mesures pour lutter contre la “crise humanitaire” dans le pays ne pèsent pas sur le budget.

Il insiste aussi sur la lutte contre l‘évasion fiscale et sur une réforme en profondeur de l‘administration publique pour en améliorer l‘efficacité.

Le président de l‘Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a qualifié ce programme de “première étape” en soulignant que du temps serait désormais nécessaire pour s‘entendre sur les détails de ce plan. L‘objectif est de parvenir à un accord d‘ici fin avril.

Selon une source européenne, la Commission juge cette liste “suffisamment complète pour constituer un bon point de départ en vue d‘une conclusion fructueuse de son examen”.

EXAMEN DANS L‘APRÈS-MIDI

Ce programme va à présent être examiné par les ministres des Finances des pays de la zone euro lors d‘une téléconférence qui débutera à 13h00 GMT, a dit Jeroen Dijsselbloem.

Conformément au compromis arraché vendredi soir entre la Grèce et ses partenaires de l‘Eurogroupe, ce programme est une condition indispensable à une prolongation de quatre mois du programme d‘aide financière, qui écarte le risque d‘une cessation de paiement.

Le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble, qui s‘était montré le plus intraitable lors de ces négociations, a écrit au président du Bundestag pour lui demander d‘organiser un vote cette semaine sur l‘extension du programme d‘aide.

Contrairement à sa promesse électorale de relever immédiatement le salaire minimum, Alexis Tsipras annonce désormais des négociations collectives dans le but de parvenir à terme à un relèvement des seuils salariaux.

Le gouvernement entend aussi réformer les salaires de la fonction publique sans les baisser davantage ni augmenter la masse salariale totale. Il s‘engage en outre à une réforme fiscale ainsi qu‘à un examen et un contrôle des dépenses dans “tous les domaines” de l‘action publique.

Jeroen Dijsselbloem a dit qu‘un point serait fait à l‘issue de cette période de quatre mois. Les pays de la zone euro pourraient alors envisager des mesures pour alléger le fardeau de la dette grecque si Athènes respecte un ensemble de critères, notamment budgétaires, a dit le président de l‘Eurogroupe.

L‘accord de vendredi a été salué ce mardi par une envolée de la Bourse à Athènes, fermée la veille, et par un recul marqué des rendements des obligations d‘Etat grecques. (Matthias Sobolewski à Berlin, Jan Strupczewski et Adrian Croft à Bruxelles; Henri-Pierre André et Bertrand Boucey pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below