France-La fracture des "deux gauches" béante aux départementales

lundi 23 février 2015 12h34
 

* La gauche s'avance divisée aux départementales

* Nombreux risques d'élimination dès le premier tour

* La loi Macron illustre la ligne de fracture à gauche

par Julien Ponthus

PARIS, 23 février (Reuters) - Socialistes, écologistes et communistes n'ont pas forgé assez d'alliances pour atténuer leur défaite annoncée aux départementales de mars, un échec qui illustre la fracture des "deux gauches" confirmée par le débat sur la loi Macron.

Le Front national est en tête des intentions de vote pour le premier tour des élections départementales du 22 mars avec 30%, devant l'UMP et les centristes de l'UDI (28%) et le Parti socialiste, distancé avec 20%, selon un sondage Ifop paru lundi dans Le Figaro, confirmant d'autres études.

A un mois de l'échéance, le PS, aux responsabilités dans environ 60% des départements, a notamment pâti de l'hostilité que suscite la politique économique du gouvernement sur le terrain et chez les militants des partis à sa gauche.

"Les partenaires sont soumis à la pression de la base", reconnaît un conseiller de l'exécutif, tandis qu'un député socialiste "frondeur" rejette la responsabilité de la désunion directement sur le gouvernement de Manuel Valls.

"C'est dur de dire 'faites des alliances avec nous' quand on fait des politiques qui divisent la gauche", estime cet opposant à la ligne jugée libérale de l'exécutif.   Suite...