Déficit français-Des sanctions peuvent être nécessaires-Moscovici

lundi 23 février 2015 08h10
 

PARIS, 23 février (Reuters) - Des sanctions peuvent être nécessaires si aucun accord n'est trouvé sur la question du déficit de la France, a déclaré lundi Pierre Moscovici à quelques jours du verdict de la Commission européenne sur la trajectoire des finances publiques de la France.

Paris a renoncé à ramener son déficit à 3,0% du produit intérieur brut cette année alors que Bruxelles lui avait donné en 2013 deux ans pour y parvenir.

"Aujourd'hui on a les données sur la table, et j'espère franchement qu'on va arriver à trouver un bon accord parce que je trouve qu'un bon accord est toujours préférable à une mauvaise sanction", a dit le commissaire européen aux Affaires économiques, sur France 2. "Mais les sanctions peuvent être aussi nécessaires quand il n'y a pas d'accord."

Le fait que la loi Macron sur la croissance et l'activité "ait été adoptée dans des conditions difficiles montre que Manuel Valls, le gouvernement, ont vraiment l'intention de réformer", a-t-il souligné.

Mais, a-t-il ajouté, "la loi Macron ne peut être qu'un premier pas, il faut aller plus loin, c'est la raison pur laquelle on va examiner le programme national de réforme". (Leigh Thomas, avec Marine Pennetier)