LEAD 1-Valeant bien parti pour reprendre Salix-source

vendredi 20 février 2015 18h05
 

(Actualisé avec valorisation, cours de Bourse, contexte)

NEW YORK, 20 février (Reuters) - Le laboratoire canadien Valeant Pharmaceuticals International est proche d'un accord pour racheter l'américain Salix Pharmaceuticals, a indiqué vendredi une source proche du dossier.

La transaction, qui pourrait être annoncée dès la semaine prochaine, se ferait à un prix d'environ 160 dollars par action, selon la source qui a demandé à ne pas être identifiée.

Ce prix valoriserait Salix à quelque 10,2 milliards de dollars (9,0 milliards d'euros).

Salix, basé à Raleigh en Caroline du Nord, et Valeant, qui a son siège à Laval au Québec, n'ont pas souhaité commenter l'information d'abord révélée par la chaîne CNBC.

A Wall Street, l'action Salix s'adjuge 4,80% à 157,09 dollars vers 17h00 GMT et le titre Valeant coté sur le NYSE gagne 1,67% à 171,96 dollars après un record à 174,43.

L'action cotée à Toronto a aussi atteint un plus haut historique.

L'acquisition de Salix serait la plus importante jamais réalisée par Valeant, qui a vu l'an dernier l'américain Allergan lui échapper au profit d'Actavis.

Début janvier, le directeur général Michael Pearson avait indiqué que Valeant concentrerait désormais ses projets d'acquisition sur des petites entreprises non cotées mais il n'a pas exclu des opérations plus importantes.

Salix, spécialisé dans les traitements des maladies de l'intestin, s'est mis sur le marché des fusions et acquisitions depuis plusieurs mois. En novembre, des stocks plus importants que prévu de plusieurs de ses produits, dont l'antibiotique Xifaxan contre le syndrome de l'intestin irritable, l'avaient contraint à revoir à la baisse ses prévisions de résultats, puis il a annoncé le 28 janvier qu'il allait recalculer ses résultats des sept derniers trimestres.

Endo International et le laboratoire britannique Shire passent aussi pour avoir étudié le dossier. (Nadia Damouni avec les contributions de Rod Nickel à Winnipeg et Greg Roumeliotis à New York, Véronique Tison pour le service français)