** LE POINT SUR LES MARCHÉS à la mi-séance en Europe **

vendredi 20 février 2015 13h08
 

* Les valeurs à suivre à la Bourse de Paris 
    * Les valeurs à suivre à Wall Street : 

    PARIS/LONDRES, 20 février (Reuters) - Les Bourses européennes restent
mitigées vendredi à mi-séance, près des pics d'environ sept ans atteints la
veille, les investisseurs optant pour la prudence en attendant de voir si les
ministres de Finances de la zone euro parviendront à un accord, malgré des
signes de rapprochement entre Athènes et Berlin.  
    Ils tenteront encore ce vendredi, lors une réunion de l'Eurogroupe prévue à
14h00 GMT à Bruxelles, de trouver un compromis avec la Grèce, qui a demandé une
prolongation de six mois de son plan d'aide, mais, selon un responsable allemand
de la Commission européenne, il faudra peut-être un sommet d'urgence la semaine
prochaine pour aboutir au résultat espéré. 
    "Tout tourne autour de la Grèce", note David Madden, analyste de marché chez
le broker IG. "Le fait que l'Allemagne ait exprimé ses objections à la demande
grecque de prolongation de leur prêt n'était pas totalement surprenant et ces
allers-retours vont continuer jusqu'au dernier moment", ajoute-t-il.
    À Paris, l'indice CAC 40 recule de 0,23% à 4.822,30 points vers
11h35 GMT, tout en se maintenant proche de ses pics de près de sept ans et demi.
    À Francfort, le Dax cède 0,2% mais à Londres, le FTSE 
progresse de 0,34%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro se replie
de 0,22% et le FTSEurofirst 300 reste stable (+0,07%), après avoir
touché un nouveau pic de sept ans dans les premiers échanges.
    La Bourse d'Athènes gagne 1,72%, avec son secteur bancaire 
qui prend 3,1%, portée par un optimisme prudent sur les chances d'un accord.
    "Je crois qu'il y aura une résolution sur la Grèce. Nous ne privilégions pas
le scénario d'une sortie de la Grèce de la zone euro", estime Nav Banwait,
responsable de la stratégie chez Thames Capital Markets. "A court terme, on
pourrait consolider à ces niveaux mais à moyen terme, le marché me semble fort."
  
    Les futures sur indices américains sont en hausse de 0,07% à 0,14%.
    En zone euro, l'accélération de la croissance de l'activité dans le secteur
privé, notamment dans le secteur des services, selon les résultats préliminaires
des enquêtes auprès des directeurs d'achats (PMI) de Markit, n'a pas réussi à
éclipser les inquiétudes autour de la Grèce. D'autant que les entreprises ont
continué à abaisser leurs prix, ce qui conforte le sentiment que la Banque
centrale européenne va avoir du mal à relancer l'inflation. 
    Aux valeurs à Paris, Gemalto chute de 7,5% après avoir annoncé
qu'il enquêtait sur des informations de piratage présumé de ses cartes SIM par
les services de renseignement britanniques et américains. 
    Eramet (+9,5%) en revanche affiche la plus forte hausse de
l'indice SBF 120, le groupe ayant indiqué qu'il compte bénéficier en
2015 de l'évolution favorable des changes, de la baisse du prix du pétrole et de
l'amélioration prévue des cours du nickel. 
    L'euro reste sous pression et perd 0,4% à 1,1323 dollar en attendant des
nouvelles de la réunion de l'Eurogroupe qui débute à 14h00 GMT à Bruxelles,
tandis que le Brent progresse à juste au-dessus de 60 dollars le baril.
    
    * Tableau des principaux marchés mondiaux : 

 (Avec Sudip Kar-Gupta et Blaise Robinson, Juliette Rouillon pour le service
français, édité par Wilfrid Exbrayat)