Allemagne-Gabriel plus conciliant que Schäuble avec la Grèce

jeudi 19 février 2015 20h12
 

BERLIN, 19 février (Reuters) - Le ministre allemand de l'Economie, Sigmar Gabriel, a adopté jeudi une position plus conciliante que celle son collègue des Finances Wolfgang Schäuble à l'égard de la proposition présentée par la Grèce à ses partenaires de la zone euro en vue d'une prolongation de six mois de l'accord d'aide financière.

Sigmar Gabriel, membre social-démocrate de la coalition gouvernementale conduite par Angela Merkel, a estimé que l'initiative d'Athènes demeurait insuffisante mais qu'elle pouvait constituer une base de négociation.

Plus tôt dans la journée, Wolfgang Schäuble avait rejeté catégoriquement la proposition du gouvernement d'Alexis Tsipras, affirmant qu'elle "ne pouvait pas conduire à une solution substantielle".

Plusieurs parlementaires du SPD ont également fait valoir l'idée qu'il était désormais temps pour l'Allemagne d'adopter une attitude plus conciliante à l'égard de la Grèce qui risque de se trouver à court de liquidités dans les prochaines semaines.

Lothar Binding, élu social-démocrate et porte-parole en charge des questions financières pour son groupe parlementaire, a jugé que la proposition présentée jeudi par le gouvernement grec traduisait le souhait d'un respect de ses engagements.

"Le refus brutal de Schäuble de la demande grecque empêche une solution commune", a déploré de son côté Sven Giegold, représentant des Verts au Parlement européen.

Le Premier ministre français Manuel Valls a jugé que la nouvelle proposition grecque était un "signe très encourageant" sur la possibilité d'un accord rapide. (Markus Wacket; Pierre Sérisier pour le service français, édité par Véronique Tison)