** LE POINT SUR LES MARCHÉS à la clôture en Europe **

mercredi 18 février 2015 18h13
 

PARIS/LONDRES, 18 février (Reuters) - Les principales Bourses européennes
ont terminé mercredi en hausse, portées à l'exception de Londres par l'espoir
d'un accord même temporaire sur la dette grecque malgré l'opposition de
l'Allemagne aux propositions d'Athènes.
    À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 45,04 points ou 0,95% à
4.799,03 points, après un plus haut de sept ans à 4.806. Le Dax allemand
 a gagné 0,60%, comme le marché suisse, mais le Footsie
britannique a calé (-0,05 point à 6.898,08) après avoir atteint en
séance un pic de 15 ans à 6.921,32.
    L'indice EuroStoxx 50 a progressé de 0,80% et le FTSEurofirst
300 de 0,66%, avec à la clé là aussi un pic de sept ans.
    Le gouvernement grec a fait savoir qu'il demanderait jeudi à ses partenaires
de la zone euro une prolongation pour une durée de six mois d'un "accord de
prêt", terme qui reflète la volonté du Premier ministre Alexis Tsipras d'opérer
une distinction entre l'aide financière et les conditions qui lui ont été
associées jusqu'à présent. L'Allemagne assure toujours qu'aucune solution de ce
type n'est envisagée mais la France, par la voix du ministre des Finances Michel
Sapin, promet de faire "tout" pour qu'un accord soit conclu. 
    Les espoirs d'un compromis ont permis à la Bourse d'Athènes de
grimper de 1,06%, avec une hausse de 5,65% de son indice du secteur bancaire
, tandis que les rendements de la dette grecque sont retombés.
    Dans la foulée d'Athènes, la Bourse de Milan a pris 1,85% et Madrid
 1,0%.
    "La situation politique en Grèce reste volatile mais la situation économique
et financière semble davantage sous contrôle", estime Andreas Clenow, trader
chez ACIES Asset Management à Londres. "Je reste positif sur le marché actions
et je profite de chaque baisse de l'EuroStoxx pour acheter."
    Richard Edwards, chez HED Capital, ajoute que le lancement imminent, le mois
prochain, du programme d'assouplissement quantitatif (QE) de la Banque centrale
européenne fait aussi du bien. "Il y aura de temps en temps des baisses bien sûr
mais le QE apportera un réel soutien aux actions", dit-il.
    Les places européennes, à l'inverse de Wall Street qui a ouvert en légère
baisse, ont aussi profité d'une série de résultats de sociétés supérieurs aux
attentes des analystes.
    Plus forte hausse du CAC à Paris et du FTSEurofirst 300, Crédit agricole SA
 a bondi de 7,60% après l'annonce de solides résultats trimestriels et
de la nomination prochaine d'un nouveau directeur général qui aura la charge de
mener à bien sa vaste réorganisation..
    L'indice bancaire a progressé de 1,95%, la meilleure performance des
indices sectoriels européens, avec aussi des hausses notables pour Crédit suisse
 (+3,37%), BNP Paribas (+2,81%), BBVA (+2,16%) ou
Deutsche Bank (+1,78%)
    Les investisseurs ont également salué les résultats de PSA Peugeot Citroën
 (+6,71%), d'Accor (+2,21%) ou de Lafarge (+1,85%),
tout comme ceux de l'italien Eni (+3,37%).
    A ce stade, quelque 58% des sociétés européennes ayant publié leurs
résultats trimestriels ont atteint ou dépassé les attentes des analystes, selon
les données de Thomson Reuters StarMine.
    Sur le marché des changes, le dollar s'est renforcé face à l'euro dans
l'attente du compte rendu de la réunion monétaire de janvier de la Réserve
fédérale, qui pourrait conforter les anticipations d'une hausse de taux aux
Etats-Unis d'ici juin. Le document sera publié à 19h00 GMT et dictera
certainement la tendance en clôture à Wall Street.
    Les cours du pétrole retombent quant à eux après trois séances de hausse, le
Brent de mer du Nord cédant près de 2% à 61,32 dollars au moment de la
clôture des Bourses européennes.
    
    * Tableau des principaux marchés mondiaux :  
    

 (Francesco Canapa; Véronique Tison pour le service français, édité par Patrick
Vignal)