BOURSE-Europe-Sortir des petites valeurs pour aller sur les grandes-SG

mercredi 18 février 2015 17h34
 

PARIS, 18 février (Reuters) - Les stratégistes actions européennes de Société générale conseillent de profiter du récent rebond des petites capitalisations boursières pour en sortir et se positionner sur les grands groupes cotés, mieux placés pour tirer avantage d'un euro faible.

"La Fed est le facteur déterminant. Les "petites capitalisations sont des actifs "illiquides" et tout changement de la politique monétaire de la Fed affecte leur performance relativement à celle des grandes capitalisations", écrivent dans une note Roland Kaloyan et Kevin Redureau, stratégistes actions européennes chez Société générale.

Ils soulignent que lorsque la Fed resserre sa politique monétaire, les "small caps" ont tendance à sous-performer les grandes.

Selon eux, tant en Europe qu'au niveau mondial, la performance inversée des "small caps" par rapport à celle des grosses capitalisations a démontré une corrélation de 97% depuis 2001.

"Une volatilité plus forte pèse davantage sur les petites valeurs", estiment les deux stratégistes. Elles ont tendance à sous-performer les grandes valeurs en période de montée de la volatilité, ajoutent-ils.

"Nous sommes certains que la première hausse des taux de la Fed en 10 ans ne se fera pas sans volatilité", disent-ils.

Ils ajoutent qu'en Europe, les grandes capitalisations, plus internationales, ont tendance à surperformer les petites quand l'euro est faible.

"Comme au Japon, nous nous attendons à ce que le QE (assouplissement quantitatif) de la Banque centrale européenne déclenche une surperformance des grandes valeurs sur les petites."

Selon eux, les petites capitalisations européennes se traitent à 17 fois les bénéfices estimés 2015 contre 15 fois pour les grandes capitalisations.

"En introduisant une prime de risque action à notre modèle, notre analyse indique clairement que les petites capitalisations ne sont pas bon marché et qu'elles ont un taux de rémunération faible." (Raoul Sachs, édité par Dominique Rodriguez)