LEAD 1-Athènes ne discute plus de la privatisation des ports

mercredi 11 février 2015 13h03
 

ATHENES, 11 février (Reuters) - La Grèce ne discute plus de la privatisation de ses deux plus grands ports, au Pirée et à Thessalonique, a déclaré mercredi un porte-parole du gouvernement.

"Nous ne discutons plus d'une vente ou d'une privatisation du port du Pirée et du port de Thessalonique", a dit Gabriel Sakellaridis à la télévision grecque.

Le précédent gouvernement grec avait retenu en 2014 cinq candidats, parmi lesquels le chinois Cosco Group, pour la vente d'une participation de 67% dans le port du Pirée.

Le gouvernement de gauche élu en janvier a annulé la vente.

Une grande société immobilière grecque estime que la nouvelle politique gouvernementale et les récentes déclarations du ministre de l'Energie Panagiotis Lafazanis, opposant farouche aux privatisations et représentant la fraction dure du gouvernement, nuiront à l'investissement dans le pays.

"Les déclarations de M. Lafazanis sont un message décourageant pour les investisseurs institutionnels privés de long terme dont notre pays a désespérément besoin", explique Lamda Development dans un communiqué.

Lamda était à la tête d'un groupe d'investisseurs comprenant le chinois Fosun et une forme d'Abou Dhabi qui, l'an passé, avait remporté un contrat en vue de rajeunir le vieil aéroport athénien d'Hellenikon. Le nouveau gouvernement, qui juge cette vente "scandaleuse", a dit qu'il tenterait d'en obtenir l'annulation.

(Angeliki Koutantou, Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)