** LE POINT SUR LES MARCHÉS à la mi-séance en Europe **

mardi 10 février 2015 13h21
 

* Les valeurs à suivre à la Bourse de Paris 
    * Les valeurs à suivre à Wall Street : 

    PARIS/LONDRES, 10 février (Reuters) - Les Bourses européennes, hormis
Londres, ont accentué leurs gains mardi à mi-séance après des informations de
presse disant que la Commission européenne pourrait proposer une prolongation de
six mois du plan d'aide à la Grèce.
    Cela conforte l'espoir de certains investisseurs d'un début de compromis sur
la dette d'Athènes à la veille d'une réunion d'urgence des ministres des
Finances de la zone euro. 
    "Tout le monde est dans le défi permanent mais au bout du compte, l'une des
parties cédera peut-être plus que l'autre même si les deux revendiquent la
victoire", a dit Orlando Green, responsable de la stratégie de Crédit agricole. 
      
    À Paris, l'indice CAC 40 gagne 1,24% à 4.7018,56 points vers 12h15
GMT. À Francfort, le Dax avance de 1,08% alors qu'à Londres, le FTSE
 perd 0,01%, alourdi par les minières. L'indice paneuropéen FTSEurofirst
300 prend 0,62% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro 1,44%. 
    La Bourse d'Athènes regagne 3,43%, après sa chute de 4,75% lundi et
l'indice des valeurs bancaires grecques, qui avait perdu près de 10%
lundi vers ses plus bas niveaux historiques, reprend 8,0%. 
    A ce stade de la journée, les futures sur indices new-yorkais signalent une
ouverture de Wall Street en hausse de 0,11% à 0,15%.
    Sur le plan macroéconomique, l'inflation chinoise est tombée à son rythme le
plus faible depuis cinq ans et la production industrielle française a rebondi de
1,5% en décembre après deux mois de baisse.   
    Aux valeurs, Michelin accuse la plus forte baisse du CAC 40, les
pressions sur les prix et les effets de change négatifs ayant éclipsé l'impact
positif de la baisse des cours des matières premières et de ses gains de
compétitivité sur ses résultats de l'année 2014. 
    De même, UBS perd 4,5%, plus forte baisse de l'EuroFirst 300, la
banque ayant averti de l'impact négatif de la hausse du franc suisse et des taux
d'intérêt négatif en Suisse et dans la zone euro.  
    
    * Tableau des principaux marchés mondiaux : 

 (Avec Marc Jones, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît
Van Overstraeten)