** LE POINT SUR LES MARCHÉS à l'ouverture des Bourses en Europe **

mardi 10 février 2015 09h44
 

PARIS/LONDRES, 10 février (Reuters) - Les Bourses européennes ont ouvert en
légère baisse mardi, prolongeant leur recul de la veille, dans un climat de
tensions autour de la dette grecque.     
    Athènes a engagé un bras de fer avec ses partenaires de la zone euro, son
Premier ministre grec Alexis Tsipras répétant qu'il ne prolongerait pas le plan
d'aide qui prévoit le maintien de l'austérité, tandis que Berlin menace la Grèce
de la couper de ses financements si elle ne s'y conforme pas. 
     Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a fait
monter la tension d'un cran en prévenant les Grecs qu'ils ne devaient pas
s'attendre à voir les pays membres de la zone euro se plier à leurs exigences.  
       
    "Sur la Grèce, les investisseurs digèrent encore les commentaires du Premier
ministre Alexis Tsipras pendant le week-end. Après une période relativement
calme à la suite de l'arrivée au pouvoir de Syriza, le genre de rhétorique que
redoutaient les investisseurs au départ commence à se développer", écrit Stan
Shamu, responsable de la stratégie chez IG dans une note à ses clients.    
    À Paris, l'indice CAC 40 cède 0,11% à 4.646,47 points vers 8h30 GMT.
À Francfort, le Dax perd 0,23% et à Londres, le FTSE recule de
0,4%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro se replie de 0,15% et le
FTSEurofirst 300 de 0,21%. 
    La Bourse d'Athènes reprend toutefois 3,1% après son recul de 4,75%
la veille. Son indice bancaire, qui avait perdu 10% lundi, gagne plus
de 7%. 
    Parmi les facteurs de soutien de la tendance, la production industrielle de
la France a rebondi de 1,5% en décembre après deux mois consécutifs de baisse,
le recul de novembre étant révisé à 0,2%, selon l'Insee. 
    Aux valeurs, Michelin accuse la plus forte baisse du CAC 40, les
pressions sur les prix et les effets de change négatifs ayant éclipsé l'impact
positif de la baisse des cours des matières premières et de ses gains de
compétitivité sur ses résultats de l'année 2014. 
    UBS perd 2,24%, également une des plus fortes baisses du Stoxx
600, la banque ayant averti de l'impact négatif de la hausse du franc suisse et
des taux d'intérêt négatif en Suisse et dans la zone euro.  
    En revanche, Mediobanca prend 2,2% après ses résultats du deuxième
trimestre à fin décembre de son exercice 2014-2015. 
    Le groupe de luxe allemand Hugo Boss abandonne 4,2% alors que le
fonds Permira a réduit sa participation de 32% à 14% ou moins du
capital, via le placement d'actions à 102 euros par action. 
    Telefonica Deutschland cède 4,75%, plus forte baisse du Stoxx 600,
alors que Société générale est passée à la vente sur le titre lundi soir.
    Le distributeur allemand Metro perd 2,9% après avoir rappelé que
la faiblesse du rouble pourrait avoir un impact négatif de quelque 200 millions
d'euros sur son résultat opérationnel si la devise russe continue à se traiter à
environ 80 roubles pour un euro.        
    Sur le marché des changes, le dollar consolide ses gains de vendredi après
les bons chiffres de créations d'emplois en janvier.
    Sur le front du pétrole, le baril de Brent est retombé sous les 58 dollars,
après trois jours de hausse, à la suite d'une enquête montrant que les stocks de
brut aux Etats-Unis ont atteint un record la semaine dernière et face à la
faiblesse de l'inflation chinoise en janvier, qui réveille les inquiétudes
concernant la demande de la deuxième économie mondiale.  
    
    * Tableau des principaux marchés mondiaux : 

 (Avec Atul Prakash, Juliette Rouillon pour le service français, édité par
Benoît Van Overstraeten)