9 février 2015 / 19:54 / dans 3 ans

LEAD 2-La chute du brut affecte la perspective de Ryad-S&P

(Actualisé avec des précisions, contexte)

9 février (Reuters) - L‘agence de notation Standard & Poor’s a annoncé lundi qu‘elle avait abaissé de “stable” à “négative” la perspective de l‘Arabie saoudite en raison de la chute des cours pétroliers.

L‘agence a sabré sa prévision pour le prix moyen du baril de Brent cette année, la ramenant de 105 à 55 dollars.

L‘or noir dégringole depuis juin 2013, réagissant à une hausse de la production mondiale en un moment où la demande ralentit. Mais il a commencé à se reprendre ces derniers jours.

L‘Opep a décidé l‘an passé de maintenir en l‘état sa production en dépit du ralentissement de la demande.

Toutefois, l‘Organisation des pays exportateurs de pétrole pense qu‘elle va être confrontée en 2015 à une demande de pétrole plus élevée que prévu jusqu‘à présent, sa décision stratégique de laisser les cours s‘effondrer pour nuire aux autres producteurs commençant à porter ses fruits.

L‘offre de l‘Opep était de 30,37 millions de barils par jour (bpj) en moyenne en janvier contre 30,24 millions en décembre, selon des données des pétroliers, de l‘Opep et de consultants.

"Nous considérons que l'économie saoudienne n'est pas diversifiée et est vulnérable à une baisse prononcée et durable des prix pétroliers", explique S&P, qui prévoit des déficits budgétaires réguliers sur la période 2015-2017 à 2018. (bit.ly/1DUyOoG)

L‘agence a confirmé les notes à long et court termes AA-/A-1+ de l‘Arabie saoudite, ainsi que les notes AA/A-1+ du Qatar, ces dernières étant assorties d‘une perspective stable.

S&P estime que, dans le cas du Qatar, la baisse des prix pétroliers a un impact négatif modeste sur les perspectives de croissance.

S&P a par ailleurs abaissé, de BBB à BBB-, la note du Bahreïn, assortie d‘une perspective négative, précisant que “la baisse des prix pétroliers a également affecté notre analyse des comptes extérieurs de Bahreïn”, pour lequel elle redoute une aggravation du déficit budgétaire.

Elle confirme en revanche les notes AA/A-1+ d‘Abou Dhabi, dotées d‘une perspective stable, mais abaisse la note longue du sultanat d‘Oman, de A à A-, à laquelle elle assigne cependant une perspective relevée de négative à stable.

Elle distingue la situation budgétaire solide d‘Abou Dhabi mais observe que le sultanat en revanche est très exposé à la chute des prix pétroliers. La perspective stable atteste toutefois que la dégradation des comptes publics et des ratios économiques ne dépassera guère ce qui est prévisible.

En dehors du Golfe, S&P a abaissé la note du Kazakhstan de BBB+ à BBB, assortie d‘une perspective négative, confirmé les notes A-/A-2 de la Malaisie, avec une perspective stable, et confirmé aussi les notes B/B du Cameroun, là encore avec une perspective stable.

Elle estime que la baisse des cours pétroliers affecte sensiblement les perspectives de croissance et les comptes du Kazakhstan, mais a en revanche un impact modeste sur la Malaisie et le Cameroun. (Narottam Medhora, Abinaya Vijayaraghavan, Wilfrid Exbrayat pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below