Bruxelles envisage un mandat d'arrêt contre les cadres de HSBC Suisse

lundi 9 février 2015 14h42
 

BRUXELLES, 9 février (Reuters) - Le juge belge chargé d'une enquête sur la filiale suisse de banque privée de la banque britannique HSBC a déclaré lundi qu'il envisageait de lancer un mandat d'arrêt contre la direction de cette filiale en raison de son refus de coopérer.

La justice belge a inculpé cette filiale suisse en novembre dernier pour fraude fiscale et blanchiment d'argent, accusant l'établissement d'avoir aidé des courtiers en diamants et d'autres riches clients à dissimuler une partie de leur patrimoine et de leurs revenus pour échapper au fisc.

"La banque refuse de donner les informations demandées", a déclaré une porte-parole du parquet belge. "Le juge a dit qu'il était tellement difficile d'obtenir des informations qu'il envisageait de lancer des mandats internationaux contre les dirigeants en place en Belgique comme en Suisse."

HSBC a admis dimanche des "défaillances" de sa filiale suisse après des révélations de plusieurs journaux, dont Le Monde, sur un système d'évasion fiscale de grande ampleur mis en place dans les années 2000 au bénéfice de ses riches clients.

Selon Le Monde, qui a surnommé son enquête "SwissLeaks", HSBC Private Bank a accepté, voire encouragé, une "gigantesque fraude à l'échelle internationale" portant, pendant la seule période de novembre 2006 à mars 2007, sur la somme de "180,6 milliards d'euros qui auraient transité, à Genève, par les comptes de plus de 100.000 clients et de 20.000 sociétés offshore". (Robert-Jan Bartunek; Patrick Vignal pour le service français)