** LE POINT SUR LES MARCHÉS à la mi-séance en Europe **

lundi 9 février 2015 12h11
 

* Les valeurs à suivre à la Bourse de Paris 
    * Les valeurs à suivre à Wall Street : 

    PARIS, 9 février (Reuters) - Les Bourses européennes perdent toujours entre
0,5% et 1,5% lundi vers la mi-séance, sous le triple coup de la Grèce, de
l'Ukraine et de la Chine, des facteurs qui devraient également peser sur Wall
Street et qui favorisent les actifs financiers jugés sûrs tels que le franc
suisse, l'or ou encore les Bunds allemands.
    À Paris, le CAC 40 perd 0,79% (-37,13 points) à 4.653,90 points vers
11h10 GMT. À Francfort, le Dax abandonne 1,39% et à Londres, le FTSE
 cède 0,49%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 recule de
0,85% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 1,33%.
    La Bourse d'Athènes chute de près de 6%, au lendemain du discours de
politique générale du Premier ministre Alexis Tsipras, qui a réaffirmé vouloir
s'affranchir de la "troïka" et en finir avec l'austérité. 
    "Les discussions entre la Grèce et ses partenaires européens vont
s'intensifier cette semaine. Les commentaires faits par le gouvernement grec au
cours du week-end ne nous donnent pas l'impression que les positions des deux
parties se rapprochent", commente Philippe Gijsels, directeur de la recherche
chez BNP Paribas Fortis Global Market.
    De son côté, Markus Huber, analyste chez Peregrine & Black, estime que la
nouvelle escalade de la violence en Ukraine pèse également sur le goût du risque
des investisseurs, notant que l'effet positif de l'anticipation puis de
l'annonce, fin janvier, du programme d'assouplissement quantitatif de la Banque
centrale européenne (BCE) commence à faire long feu.
    Selon Kiev, neuf soldats ukrainiens ont été tués et 26 autres blessés dans
les combats avec les séparatistes pro-russes au cours des dernières 24 heures.
, 
    Les exportations chinoises ont reculé de 3,3% en janvier sur un an et les
importations ont chuté de 19,9%, des chiffres bien plus mauvais que prévu qui
confirment le ralentissement de la croissance de la deuxième économie mondiale
et atténuent la portée des bons chiffres de l'emploi publiés vendredi aux
Etats-Unis..
     Malgré les données chinoises, le compartiment des matières premières et
celui des valeurs pétrolières sont les seuls à ne pas être dans le rouge, portés
à la fois par la stabilisation des cours du pétrole et par un repli du dollar
face à un panier de devises internationales.
    L'indice des valeurs automobiles, qui affiche la meilleure
performance sectorielle depuis le début de l'année, accuse toujours la baisse la
plus marquée, de près de 2%, à la suite d'une note de recherche de JP Morgan qui
a abaissé sa recommandation sur le secteur.
    Le secteur bancaire est également mal orienté (-1,53%), plombé par
les banques grecques mais aussi par BNP Paribas (-3,10%) et HSBC
 (-1,27%).
    La banque française pâtit d'un abaissement de recommandation de JP Morgan
tandis que l'établissement britannique paraît subir les conséquences des
"SwissLeaks", l'enquête de plusieurs journaux relative à un système d'évasion
fiscale de grande ampleur mis en place dans les années 2000 par sa filiale
suisse.     
    * Tableau des principaux marchés mondiaux : 

 (Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)