France-La création d'emplois, enjeu contesté des seuils sociaux

jeudi 30 octobre 2014 06h00
 

* Le seuil de 50 salariés vaudrait 4% de masse salariale

* Les économistes nient l'effet sur l'emploi

* Le dialogue social mis en question

par Gregory Blachier

PARIS, 30 octobre (Reuters) - Pour Dominique Goubault, patron d'imprimerie, le maintien des effectifs à 49 salariés a contribué à la survie de son entreprise. Jean-Baptiste Danet, directeur de l'agence de design Dragon Rouge, estime le coût d'un passage à 50 personnes à quatre postes à temps plein.

Alors que reprend jeudi la négociation sur la modernisation du dialogue social, ils voient dans les "seuils sociaux" une barrière à faire tomber au nom de l'emploi et de la compétitivité.

La question des seuils, qui instaurent une progressivité des obligations des entreprises à l'égard de leurs salariés, est devenue le symbole de la joute entre patronat et syndicats, quand bien même elle n'est qu'une facette du dialogue social.

Mais le gouvernement lui-même a mis le pied dans la porte quand ce sujet n'était pas prioritaire pour le patronat. Medef, CGPME et Union professionnelle artisanale (UPA) ont suivi et proposent, d'une même voix, des conseils d'entreprise uniques et à partir de 50 salariés. (voir )

"Quand on regarde les chiffres entre les entreprises de moins de 50 et de plus de 50 salariés, on voit qu'il y a une inquiétude, un frein énorme", avance Jean-Baptiste Danet, vice-président de l'organisation Croissance Plus.   Suite...