Des "midterms" en demi-teinte pour Barack Obama

mercredi 29 octobre 2014 16h40
 

par Steve Holland

WASHINGTON, 29 octobre (Reuters) - Avec une cote de popularité tombée à 40%, Barack Obama limite sa participation à la campagne pour les élections de mi-mandat à des réunions de levées de fonds et des déplacements dans quelques Etats disputés, un choix qui tranche avec les meetings géants de ses campagnes présidentielles de 2008 et 2012.

Le ton a changé car la donne n'est pas la même: alors que le candidat à la Maison blanche suscitait l'enthousiasme populaire, le président en exercice n'est guère réclamé cette année par les postulants démocrates à un siège au Congrès.

Les Américains éliront mardi prochain, le 4 novembre, les 435 membres de la Chambre des représentants ainsi que 36 sénateurs et le scrutin pourrait bien faire repasser le Sénat dans le camp républicain, donnant au "Grand Old Party" le contrôle de l'ensemble du Congrès.

La situation de Barack Obama est loin d'être une première: lors du scrutin intermédiaire de 2006, George W. Bush s'était déjà tenu à distance, la guerre en Irak, très impopulaire, ayant plombé son image.

Cette année, Barack Obama a principalement participé à des événements de collectes de fonds électoraux, une soixantaine au total. Dans la villa de l'actrice Gwyneth Paltrow à Los Angeles, les invités devaient par exemple débourser 1.000 dollars pour assister à la réception et 15.000 supplémentaires pour le dîner. A New York, chez le financier Mark Gallogly, ils ont payé entre 25.000 et 32.400 dollars.

MOBILISER L'ÉLECTORAT DÉMOCRATE

La Maison blanche explique que le président fait tout son possible pour le Parti démocrate, qu'il s'agisse de lever des fonds, de mobiliser son réseau d'électeurs ou d'appeler à voter. D'ici mardi prochain, il participera à des réunions publiques dans cinq Etats différents.   Suite...