Vallourec-L'Etat ne veut ni départ contraint,ni fermeture-Macron

mercredi 29 avril 2015 21h01
 

PARIS, 29 avril (Reuters) - Le gouvernement a fait savoir mercredi soir que l'Etat serait attentif à ce qu'il n'y ait ni départ contraint, ni fermeture de site en France dans le cadre de la restructuration du groupe Vallourec.

Le fabricant de tubes sans soudure en acier a dévoilé des mesures de réduction de coûts qui devraient le conduire à supprimer 2.000 postes supplémentaires à l'horizon 2017, pour les trois quarts en Europe. En France, 900 postes sont concernés, dont 350 sur le site de l'aciérie de Saint-Saulve (Nord) pour laquelle le groupe cherche un repreneur.

"La surcapacité de production d'acier de Vallourec en Europe ne saurait se faire au détriment des sites de production français et en particulier de celui de Saint-Saulve", déclare Emmanuel Macron, ministre de l'Economie, dans un communiqué.

"L'Etat veillera à ce que Vallourec trouve une solution permettant d'assurer l'avenir industriel de ce site."

Le ministre ajoute qu'il réunira dans les prochains jours les élus du Nord. (Matthieu Protard, édité par Dominique Rodriguez)