Alstom confirme discuter avec le gouvernement sur Belfort

mardi 13 septembre 2016 17h59
 

PARIS, 13 septembre (Reuters) - Alstom a confirmé mardi s'être engagé dans des discussions avec le gouvernement français sur l'avenir de son site de Belfort et a souligné qu'aucune décision ne serait prise avant leur conclusion.

Manuel Valls a assuré mardi qu'une solution serait trouvée pour sauver le site et s'est efforcé de calmer les esprits après la diffusion d'un message interne du PDG du groupe, qui a été perçu comme une provocation.

"Alstom est dans une démarche d'écoute et d'échange avec l'ensemble des acteurs concernés : employés, représentants syndicaux et élus locaux", précise le groupe dans une déclaration transmise à Reuters.

Les syndicats d'Alstom ont été reçus mardi par le secrétaire d'Etat à l'Industrie, Christophe Sirugue, qui s'est engagé à les recevoir de nouveau d'ici la fin septembre pour leur faire des propositions sur l'avenir de leur usine, pour sauver les 400 emplois en jeu à Belfort sur les 9.000 du groupe en France. (Cyril Altmeyer, édité par Jean-Michel Bélot)