ADP craint un conflit d'intérêt avec Vinci à Paris et à Lyon

vendredi 29 juillet 2016 10h44
 

PARIS, 29 juillet (Reuters) - Groupe ADP reconnaît un risque de conflit d'intérêt lié à la présence de Vinci à la fois à son capital et à celui de l'aéroport de Lyon, a déclaré vendredi le PDG de l'exploitant d'Orly et Roissy Augustin de Romanet.

Vinci, qui détient 8% de Groupe ADP, fait partie du consortium qui a obtenu une participation de 60% dans l'aéroport de Lyon, destiné à devenir un hub alternatif à Paris.

Groupe ADP avait justement renoncé à faire une offre sur l'aéroport de Lyon pour éviter tout conflit d'intérêt entre le développement des deux plates-formes.

"Est-ce qu'il existe un risque ? C'est possible", a déclaré Augustin de Romanet en réponse à une question sur un éventuel conflit d'intérêt lié à la présence de Vinci au capital des deux entreprises.

"Je n'ai pas observé jusqu'à présent (...) la moindre mauvaise foi de leur part (Vinci, NDLR), ni la moindre mauvaise volonté lorsque, résultant d'un constat commun, les conclusions devant en être tirées sur la présence des uns ou des autres dans nos séances de conseil", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse sur les résultats semestriels de Groupe ADP. "J'augure que ce sera la même chose pour la suite."

Groupe ADP a annoncé jeudi soir un recul des ventes de ses boutiques en "duty free" au premier semestre pour la première fois depuis des années, sous le coup de la baisse des dépenses des voyageurs chinois. (Cyril Altmeyer, édité par Dominique Rodriguez)