Sanofi-Economies et restructuration du portefeuille en vue

vendredi 6 novembre 2015 07h04
 

PARIS, 6 novembre (Reuters) - Sanofi a présenté vendredi un plan stratégique à cinq ans basé sur des économies de coûts, l'augmentation de ses investissements en recherche et une restructuration de son portefeuille qui conduit le groupe pharmaceutique a "examiner des options stratégiques" pour Merial et son activité génériques en Europe.

Dans le cadre de cette feuille de route, Sanofi prévoit d'enregistrer une croissance annuelle moyenne des ventes comprise entre 3% et 4% sur la période 2015-2020, "avec un objectif de croissance à un chiffre dans le milieu de la fourchette dans la seconde moitié de cette période".

Mais le groupe ne prévoit pas de délivrer de croissance significative de son BNPA des activités pour la période 2016-2017. A partir de 2018, il anticipe que son BPA progressera plus vite que le chiffre d'affaires

Sanofi envisage de réaliser 1,5 milliard d'euros d'économies d'ici à 2018 et d'augmenter ses investissements jusqu'à 6 milliards d'euros à taux de change constant ses investissements de R&D d'ici à 2020.

Au cours des cinq prochaines années, Sanofi estime que jusqu'à 18 nouveaux produits devraient parvenir sur le marché et que six lancements majeurs, dont Toujeo (diabète) et Praluent (cholestérol), pourraient générer collectivement un chiffre d'affaire à maturité compris entre 12 et 14 milliards d'euros d'ici à 2025.

Sanofi évoque son intention de rechercher des opportunités de croissance externe. Le groupe compte maintenir une croissance progressive de son dividende et des rachats opportunistes d'actions.

Dans le diabète, une activité qui représente 20% de son chiffre d'affaires, Sanofi prévoit de renforcer son portefeuille en développement en saisissant des opportunités externes.

Après avoir prévenu, il y a tout juste un an, que les ventes de sa division Diabète seraient stables sur la période 2015-2018, Sanofi a revu à la baisse ses perspectives pour cette activité. Le groupe estime désormais que le repli des ventes de cette division se situera entre 4 et 8 % par an entre 2015 et 2018. (Noëlle Mennella, édité par Juliette Rouillon)