USA-Le Dow Jones gagne 0,01%, le Nasdaq cède 1,05%

mercredi 30 novembre 2016 22h04
 

NEW YORK, 30 novembre (Reuters) - La Bourse de New York a fini sur une note mitigée mercredi, l'envolée des valeurs pétrolières à la suite d'un accord sur la réduction de la production de brut conclu par l'Opep ayant notamment été contre-balancée par la chute des "utilities", valeurs sensibles à la hausse des taux d'intérêt.

L'indice Dow Jones a gagné 0,01%, soit 1,78 point à 19.123,38, inscrivant en séance un nouveau pic historique à 19.225,29.

Le S&P-500, plus large, a finalement perdu 5,81 points, soit 0,26%, à 2.198,85 après également enregistré une session un nouveau record à 2.214,10. Et le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 56,24 points (-1,05%) à 5.323,68.

Sur l'ensemble du mois de novembre, surtout caractérisé par la victoire inattendue de Donald Trump à l'élection présidentielle américaine du 8 novembre, le Dow Jones a gagné 5,67%, le S&P 500 3,42% et le Nasdaq Composite 2,59%. Il s'agit de la meilleure performance mensuelle du Dow Jones depuis mars.

Après avoir longtemps redouté l'accession de Donald Trump à la Maison blanche, les investisseurs pensent désormais que ce dernier prendra des mesures favorables au marché actions, retenant notamment les promesses d'une hausse des dépenses dans les infrastructures et celles d'une simplification de la réglementation dans le secteur bancaire ou encore celui de la santé.

Sur la seule séance de ce mercredi, ce sont surtout les valeurs pétrolières qui se sont distinguées, avec l'indice S&P les regroupant terminant sur une hausse de 4,82%.

L'Opep a conclu mercredi le premier accord de réduction de sa production depuis 2008, un compromis qui aura nécessité des mois de pourparlers et au final un effort particulier de l'Arabie saoudite ainsi que des concessions à l'Iran pour tenter de faire remonter les cours.

La Russie, qui ne fait pas partie du cartel, participera elle aussi à la réduction de l'offre excédentaire mondiale, du jamais vu depuis 15 ans.

L'effet sur le prix du baril a été spectaculaire avec un Brent qui a clôturé à 50,47 dollars, en hausse de 8,82%, tandis que le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a pris 9,31% à 49,44 dollars. (Benoit Van Overstraeten pour le service français)