L'allemand Lichtblick approché par Enel en vue d'un rachat -sources

mercredi 30 novembre 2016 19h17
 

FRANCFORT/MILAN, 30 novembre (Reuters) - Lichtblick, le premier fournisseur indépendant d'énergie renouvelable en Allemagne, étudie les options stratégiques pour ses activités et a eu des contacts avec l'italien Enel en vue d'une éventuelle vente, a-t-on appris mercredi auprès de plusieurs sources proches du dossier.

Le groupe allemand non coté pourrait être valorisé jusqu'à 500 millions d'euros, a dit l'une des sources. Il a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 665 millions d'euros pour un bénéfice après impôts de 15,1 millions d'euros.

Selon les sources, Enel souhaite entrer sur le marché allemand et voit dans les 650.000 clients de Lichtblick un moyen d'étendre son réseau de distribution. Mais l'intérêt de l'italien pour une prise de contrôle de l'allemand s'est atténué récemment, ont ajouté les sources.

Enel, numéro un européen des services aux collectivités par le nombre de clients, a dit la semaine dernière vouloir accroître sa base de clients à environ 64 millions contre 62 millions actuellement dans le cadre de ses projets visant à recentrer ses activités sur les "réseaux intelligents" appelés "smarts grids", les énergies renouvelables et les clients finaux.

Le groupe néerlandais Eneco s'est également intéressé à Lichtblick, ont dit les sources.

Un porte-parole de Lichtblick a confirmé que le groupe était en discussion avec d'éventuels partenaires stratégiques, sans plus de précision, et a dit avoir mandaté la banque d'investissement Greentech Capital Advisors pour étudier ses options.

Enel et Eneco ont tous deux refusé de commenter.

Installé à Hambourg, Lichtblick fournit principalement de l'énergie hydroélectrique, que le groupe achète et revend à ses clients, faute d'une capacité de production en propre. Lichtblick propose également des technologies pour relier différentes stations d'énergies renouvelables afin de contrôler et optimiser leurs performances. (Christoph Steitz, Arno Schütze et Stephen Jewkes; Claude Chendjou pour le service français, édité par Véronique Tison)