Air France-Des salariés condamnés dans l'affaire des chemises arrachées

mercredi 30 novembre 2016 10h36
 

BOBIGNY, Seine-Saint-Denis, 30 novembre (Reuters) - Trois prévenus jugés pour "violences" dans l'affaire des chemises arrachées de responsables d'Air France le 5 octobre 2015 ont été condamnés mercredi à des peines de trois à quatre mois de prison avec sursis.

Deux autres poursuivis pour le même chef ont été relaxés par le tribunal correctionnel de Bobigny (Seine-Saint-Denis).

Dix autres prévenus poursuivis pour "dégradations" ont tous écopé de simples amendes de 500 euros chacun.

Le procureur avait requis des peines comprises entre deux et quatre mois de prison avec sursis pour les prévenus poursuivis pour "violences", et de simples amendes de 1.000 euros pour dix personnes jugées pour "dégradations".

Xavier Broseta, directeur des ressources humaines d'Air France, et Pierre Plissonnier, responsable de l'activité long-courrier, dont les chemises avaient été arrachées lors des débordements du 5 octobre, ont admis mardi ne pas avoir pu reconnaître qui leur avait porté des coups et déchiré leurs vêtements.

Les images avaient fait le tour du monde, en plein conflit social à Air France. (Gérard Bon, avec Jacky Naegelen, édité par Yves Clarisse)