Brexit-Paris Europlace fourbit ses armes pour la présidentielle

mardi 29 novembre 2016 13h43
 

PARIS, 29 novembre (Reuters) - Paris Europlace entend profiter de la campagne pour l'élection présidentielle pour défendre auprès des candidats une série de propositions destinées à convaincre les établissements financiers établis à Londres d'installer des équipes à Paris en raison du Brexit.

"Nous allons rendre publiques nos propositions dans quelques semaines", a déclaré mardi lors d'une conférence de presse Gérard Mestrallet, président de l'énergéticien Engie et de Paris Europlace.

L'objectif est de rencontrer tous les candidats "quelle que soit leur couleur politique", afin de les sensibiliser aux enjeux de la compétition qui s'engage entre les différentes places européennes pour tirer parti de la sortie du Royaume-Uni de l'Union.

Sans dévoiler le contenu de ces propositions, Gérard Mestrallet a souligné que l'organisme chargé de défendre les intérêts de la place plaiderait notamment pour une fiscalité plus favorable aux actions ou pour la suppression de l'impôt sur les salaires qui touche les banques.

Le ministre de l'Economie et des Finances Michel Sapin a déjà rejeté en octobre l'idée d'un statut spécial pour les cadres supérieurs des entreprises financières, défendue par Paris Europlace.

Selon le président de JP Morgan France, les rigidités du droit du travail français dissuadent actuellement les grandes institutions financières basées à Londres d'envisager des transferts massifs d'activités vers la place de Paris.

Pour Gérard Mestrallet, les prochaines échéances électorales pourraient jouer un rôle crucial dans la décision des sociétés financières installées à Londres de choisir Paris plutôt que Francfort, Milan, Amsterdam ou Dublin après la perte de leur "passeport européen".

"Certaines vont même probablement attendre les élections en France et en Allemagne pour y voir plus clair, puisque les élections réservent de grandes surprises", a relevé le patron d'Engie, en référence à l'élection surprise de Donald Trump aux Etats-Unis et du vote inattendu en faveur du Brexit.   Suite...