Le Japon va investir 163 millions dans un superordinateur

vendredi 25 novembre 2016 13h30
 

TOKYO, 25 novembre (Reuters) - Le Japon a l'intention de construire le superordinateur le plus rapide au monde dans le but de fournir aux industriels du pays une plate-forme de recherche susceptible de les aider à développer et à améliorer des voitures autonomes ainsi que des technologies dans la robotique et le diagnostic médical.

Selon les grandes lignes du budget 2017-2018 que Reuters a pu consulter, le ministère de l'Economie, du Commerce et de l'Industrie va consacrer 19,5 milliards de yens (163 millions d'euros) à ce projet, évoqué pour la première fois.

Le gouvernement japonais voudrait que la troisième puissance économique retrouve sa puissance d'innovation dans le domaine des hautes technologies, où elle a perdu la main dans de nombreux secteurs, notamment sous le coup de la concurrence féroce de la Corée du Sud et de la Chine.

Des sources au fait du projet ont dit à Reuters que l'objectif était de concevoir une machine dotée d'une capacité de calcul de 130 pétaflops (un pétaflop équivaut à un million de milliards d'opérations par seconde).

Le Sunway Taihulight, l'ordinateur - chinois - actuellement le plus puissant au monde, a une capacité de 93 pétaflops.

La procédure d'appel d'offres pour le projet a commencé et devrait se terminer le 8 décembre.

Fujitsu, qui a construit l'ordinateur japonais le plus rapide à ce jour, n'a pas voulu dire s'il allait y participer. Le groupe a toutefois déjà dit qu'il voulait être impliqué dans le développement de superordinateurs. (Kentaro Hamada, Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand)