France-L'agrégateur poursuit sa généralisation dans les banques

jeudi 24 novembre 2016 17h14
 

PARIS, 24 novembre (Reuters) - Trois grandes enseignes bancaires françaises ont lancé jeudi des services d'agrégation de comptes, un développement qui témoigne de la généralisation rapide de ces services défendus par les banques en ligne mais longtemps critiqués par les établissement traditionnels.

Banque Populaire, Caisse d'Epargne (groupe BPCE) et Crédit du Nord proposent désormais à leurs clients multibancarisés une application pour regrouper tous leurs comptes bancaires, ce qui leur permet d'avoir une vision globale de leur patrimoine et facilite la gestion du budget familial.

Des banques en ligne comme Fortuneo ou Boursorama ont été parmi les premières à lancer ces services. L'agrégateur constitue pour elles un enjeu stratégique en cela qu'il pourrait potentiellement leur permettre de mettre la main sur la relation client des établissements traditionnels.

A l'opposé, ces derniers sont longtemps restés sur la défensive et ont mis en garde leurs clients sur les questions de sécurité. Ils se sont néanmoins progressivement fait à l'idée qu'il leur faudrait à terme s'aligner sur leurs concurrentes digitales pour ne pas prendre le risque de se faire "ubériser" par ces dernières.

Société générale lancera son agrégateur début 2017 et Crédit agricole travaille au lancement d'un service pour l'ensemble de ses enseignes, à commencer par sa banque en ligne Bforbank. BNP Paribas n'a pour l'heure pas encore communiqué de stratégie face à l'émergence de ce nouvel outil.

La mise en oeuvre de la nouvelle directive européenne sur les services de paiement (DSP2) d'ici 2018 permettra aux agrégateurs d'initier les paiements directement à partir des différents comptes du client et donc de devenir, à terme, un guichet unique pour toutes les opérations financières des particuliers.

Des analystes estiment qu'à terme, un acteur même non bancaire pourrait, grâce à son agrégateur, monopoliser la relation client au détriments des banques.

L'assureur mutualiste Maif a lancé en juin son propre agrégateur en faisant le pari qu'elle pourrait devenir à terme "l'interlocutrice privilégiée de la relation bancaire et financière sans avoir à intégrer dans son offre un compte bancaire".

  Suite...