Zone euro-Les risques pour la stabilité s'amplifient-BCE

jeudi 24 novembre 2016 11h00
 

FRANCFORT, 24 novembre (Reuters) - Les risques pour la stabilité financière de la zone euro s'accumulent et des préoccupations concernant la capacité de certains pays à gérer leur dette pourraient refaire surface, estime la Banque centrale européenne (BCE).

Les changements politiques, en particulier aux Etats-Unis, pourraient être source de volatilité brutale des prix des actifs et de retournement abrupt des flux financiers au risque d'aggraver les vulnérabilités existantes à une hausse des taux d'intérêt et des rendements, dit l'institut d'émission.

"Une incertitude politique plus dense pourrait déboucher sur des priorités économiques plus internes et susceptibles d'entraver la croissance", explique la BCE, dans un rapport habituel sur la stabilité.

"Cela pourrait en retour retarder des reformes budgétaires et structurelles qui s'imposent et, dans le pire des cas, aggraver les pressions sur les souverains les plus vulnérables", poursuit-elle.

"On pourrait, notamment, se poser à nouveau des questions sur la gestion durable de la dette et ce en dépit de conditions financières relativement abordables sur le marché".

Les marchés risquent de réagir brutalement à un calendrier électoral chargé de part et d'autre de l'Atlantique et "les risques d'une nouvelle correction des prix des actifs restent élevés et pourraient être amplifiés par les liens étroits unissant les catégories d'actifs".

"L'incertitude politique continue de s'amplifier non seulement au niveau national, en raison de calendriers électoraux chargés en 2017 dans de grands pays de la zone euro, mais également au niveau de l'Union européenne dans le sillage du référendum au Royaume-Uni", écrit encore la BCE, qui observe par ailleurs des signes de surévaluation du marché de l'immobilier résidentiel dans certains pays.

(Balazs Koranyi; Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Patrick Vignal)