Risque de domination US si l'UE bloque la fusion D.Börse-LSE/DirFin

mercredi 23 novembre 2016 23h06
 

FRANCFORT, 23 novembre (Reuters) - Le directeur financier de Deutsche Börse a mis en garde mercredi contre le risque de domination des opérateurs boursiers américains et chinois si le projet de fusion du groupe allemand avec son concurrent britannique London Stock Exchange (LSE) était bloqué par la Commission européenne.

Gregor Pottmeyer a estimé que cette fusion de 27 milliards d'euros, annoncée en février, était nécessaire étant donné que des groupes américains et chinois s'étaient déjà montrés intéressés par le passé par des places boursières européennes.

"Sinon, les Américains discuteront avec les Chinois de la manière de réguler le marché", a-t-il dit lors d'une conférence organisée à Francfort.

La Commission européenne a annoncé en septembre l'ouverture d'une enquête approfondie au sujet du rapprochement de Deutsche Börse et de LSE. Elle a alors prévenu les deux groupes que leur projet était susceptible d'avoir des conséquences sur la concurrence dans un grand nombre d'activités de marché.

Mardi, Deutsche Börse a dit s'attendre à recevoir dans la deuxième semaine de décembre une "communication des griefs" de la part de la Commission au sujet de son projet de fusion avec LSE.

Début mai, Intercontinental Exchange (ICE), le propriétaire de la Bourse de New York, avait dit qu'il renonçait à présenter une contre-offre de rachat de LSE.

Si la fusion entre Deutsche Börse et LSE devait échouer, "Intercontinental Exchange pourrait à nouveau frapper à la porte de Londres", a poursuivi Gregor Pottmeyer.

Et le deuxième opérateur boursier américain, le Chicago Mercantile Exchange (CME), pourrait alors envisager de racheter Deutsche Börse, a-t-il ajouté. (Andreas Kroener, Benoit Van Overstraeten pour le service français)