LEAD 1-Londres attend plus de dette, moins de croissance avec le Brexit

mercredi 23 novembre 2016 16h56
 

* La croissance attendue à 1,4% en 2017 et non plus à 2,2%

* La dette publique prévue à 90,2% du PIB en 2017-2018

* Le gouvernement veut préparer l'économie au Brexit (Actualisé avec autres annonces sur le budget et les prévisions)

par William Schomberg et David Milliken

LONDRES, 23 novembre (Reuters) - La Grande-Bretagne devra s'endetter davantage que prévu en raison du ralentissement économique attendu après le vote en faveur d'une sortie de l'Union européenne, a annoncé mercredi le ministre des Finances, Philip Hammond, lors de la présentation au Parlement du premier projet de budget depuis la victoire du camp du Brexit en juin.

Les prévisions économiques exposées par le chancelier de l'Echiquier risquent de laisser peu de marges de manoeuvre au gouvernement de Theresa May pour accroître les dépenses publiques ou abaisser fortement l'impôt sur les sociétés dans l'espoir de limiter l'impact d'une sortie de l'UE.

La Grande-Bretagne devra emprunter au cours des cinq prochaines années 122 milliards de livres (143,5 milliards d'euros) de plus que prévu avant le référendum du 23 juin, a précisé Philip Hammond. La dette publique devrait atteindre un pic à 90,2% du produit intérieur brut (PIB) lors de l'année fiscale 2017-2018, a-t-il dit.

"Notre tâche désormais est de préparer notre économie à être résistante lors de notre sortie de l'UE et prête pour la transition qui suivra", a déclaré le ministre des Finances sous les acclamations des députés de son Parti conservateur.

Philip Hammond a jugé que le Brexit rendait "plus urgente que jamais la nécessité de s'attaquer aux faiblesses de notre économie comme le déficit de productivité".   Suite...