La Berd étudie un déménagement partiel de Londres

mercredi 23 novembre 2016 13h06
 

par Marc Jones

LONDRES, 23 novembre (Reuters) - La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd) étudie la possibilité de déplacer des centaines d'employés de son siège londonien, ont dit des sources.

Selon deux hauts responsables, le directeur financier Andras Simor en est au "tout début" d'une étude dont il remettra les recommandations aux 65 pays membres de l'institution au second semestre 2017.

Cet éventuel déménagement n'est pas directement lié au vote des Britanniques en faveur du Brexit mais l'un des deux responsables a indiqué que n'importe quel signe laissant présager un "Brexit dur" pourrait influencer la décision de la banque.

Les recommandations de Simor évolueront probablement au fur et à mesure que les futures relations du Royaume-Uni avec l'Union européenne (UE) prendront corps.

L'étude devrait passer en revue toutes les options, dont celle d'un déménagement d'une partie de l'équipe "back office" dans n'importe quel autre pays dans lequel la banque est présente ou encore dans des bureaux au Royaume-Uni moins chers.

La banque emploie actuellement plus de 1.500 personnes à Londres et déplacer des centaines d'entre elles pourrait avoir un coût très élevé.

Alors que son bail londonien expire en 2022, la banque discute de la possibilité de le prolonger de cinq ans, ce qui pourrait s'avérer moins cher que de séparer le personnel et de louer deux immeubles différents.

"Le management tente d'identifier les fonctions qui pourraient être déplacées en dehors de cet immeuble et de savoir si cela en vaut la peine", a précisé l'une des sources, qui a préféré garder l'anonymat.   Suite...