France-Les prélèvements ont un peu réduit les inégalités en 2015

mardi 22 novembre 2016 18h00
 

PARIS, 22 novembre (Reuters) - Les nouvelles mesures sociales et fiscales mises en place en 2015 ont légèrement réduit les inégalités entre les ménages français aisés et modestes, tout en exerçant un effet globalement neutre sur le niveau de vie moyen, d'après l'Insee.

Les réformes des prestations et prélèvements intervenues l'an dernier en application de mesures adoptées dans le cadre de la loi de finance et de la loi de financement de la Sécurité sociale se sont soldées par une légère diminution (entre -0,1% et -0,4%) du niveau de vie des 30% de ménages les plus aisés, précise l'institut dans l'édition 2016 de son "Portrait social" de la France, publiée mardi.

Parallèlement, ces réformes ont légèrement augmenté le niveau de vie du reste de la population, en particulier des 10% de ménages les plus modestes, qui ont vu leur niveau de vie progresser de 0,9%.

La plus grande partie de la réduction des inégalités (72%) est imputable aux réformes portant sur les prestations sociales, en particulier la modulation des allocations familiales en fonction des revenus (pour 30%) et la revalorisation exceptionnelle du revenu de solidarité active (RSA) dont la contribution à la baisse des inégalités s'élève à 23%.

Les mesures portant sur les prélèvements - en l'occurrence la diminution ou l'annulation de l'impôt sur le revenu par certains ménages modestes ou médians - ont donc nettement moins contribué à la réduction des inégalités.

Les dispositions fiscales "sont les plus importantes en termes de masses financières mais moins redistributives", souligne l'Insee.

Au total, l'ensemble des mesures fiscales et sociales mises en oeuve en 2015 ont en moyenne exercé un effet neutre sur le revenu disponible annuel par ménage. (Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)