Areva-Chine, Kazakhstan et Japon injecteraient 400 mlns chacun

mardi 22 novembre 2016 08h21
 

PARIS, 22 novembre (Reuters) - Le chinois CNNC, le japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI) et le kazakh Kazatomprom injecteront chacun environ 400 millions d'euros dans Areva dans le cadre de la recapitalisation du spécialiste public du nucléaire, rapporte mardi BFM Business.

La radio précise dans un article publié sur son site internet que l'entrée de ces investisseurs au tour de table d'Areva est "actée" et qu'ils recevront 11% du capital du groupe chacun aux côtés de l'État français, qui en conservera 67%.

BFM Business ajoute que "les offres fermes des trois investisseurs sont attendues d'ici une semaine pour présenter un plan ficelé à la Commission européenne début décembre" et que "Bruxelles devrait ensuite autoriser le sauvetage d'Areva d'ici les fêtes de Noël".

Les investisseurs chinois, japonais et kazakhs ne disposeraient pas de représentants directs au conseil "mais pourront proposer chacun un administrateur indépendant", et l'Etat "planche (...) sur un rachat des parts des actionnaires minoritaires actuels" d'Areva (13% du capital), parmi lesquels le Koweït (4,8%), EDF (2,2%), les salariés (1,2%) et Total (0,95%).

Areva n'a pas souhaité commenter ces informations.

Le plan de sauvetage du groupe passe par deux augmentations de capital d'un montant global de cinq milliards d'euros, en début d'année prochaine, dont une de trois milliards réservée à NewCo, le "nouvel Areva" recentré sur le combustible nucléaire, pour laquelle CNNC, MHI et Kazatomprom sont pressentis.

La restructuration du groupe passe également par la vente de son activité réacteurs à EDF, pour laquelle les deux groupes ont signé un accord la semaine dernière.

Voir aussi :

ANALYSE-Areva-Le plan de sauvetage entre dans une phase critique (Benjamin Mallet, édité par Benoît Van Overstraeten)