Regling (MES) pour un meilleur partage du risque en zone euro

lundi 21 novembre 2016 14h50
 

ROME, 21 novembre (Reuters) - La zone euro a besoin d'un meilleur partage du risque dans le secteur financier pour accélérer sa croissance économique, a déclaré lundi Klaus Regling, président du Mécanisme européen de stabilité (MES), le fonds de soutien de la zone euro.

Il a jugé que l'intégration financière en cours depuis la création de l'euro en 1999 avait fait de grands pas en avant pendant les deux dernières crises de la zone euro depuis 2008.

"L'absence de partage du risque (...) est un défi majeur sur ce plan. C'est la priorité économique en tête de ma liste quand je pense aux lacunes à combler pour rendre l'UEM plus robuste et l'économie de la zone euro plus résistante", a-t-il déclaré.

L'Union économique et monétaire (UEM) fonctionne bien sur le plan monétaire, mais son volet économique reste à finaliser.

"Aujourd'hui, l'absence de partage du risque - notamment à travers le canal des marchés de capitaux - est le défi majeur, et un degré d'intégration plus élevé est la réponse évidente."

Klaus Regling a ajouté que pour renforcer l'intégration financière en zone euro, les banques devaient réduire drastiquement le montant de leurs créances douteuses, peut-être avec le soutien de mesures d'incitation fiscale, tout en réduisant leurs coûts via la fermeture d'agences, de meilleurs outils technologiques et une consolidation du secteur.

La zone euro doit aussi boucler son projet d'union bancaire en fournissant un système de financement à son fonds de résolution unique et en mettant en place un système de garantie des dépôts, une idée à laquelle Berlin est fermement opposé.

"C'est un sujet controversé parce que les systèmes nationaux en place sont très différents et certains pays doivent régler certains problèmes hérités du passé avec leurs banques avant de pouvoir le mettre en oeuvre", a dit Klaus Regling.

"Cela prendra donc du temps. Mais c'est un pas décisif, qui renforcerait la confiance et la résistance." (Jan Strupczewski, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Bertrand Boucey)