Deutsche Bank veut prolonger le président de son conseil-sce

dimanche 20 novembre 2016 18h37
 

FRANCFORT, 20 novembre (Reuters) - Deutsche Bank veut prolonger le président de son conseil de surveillance après l'avoir blanchi des accusations selon lesquelles il serait partiellement responsable de la faible coopération de la banque dans une enquête sur des soupçons de manipulation de taux, a déclaré dimanche à Reuters une source proche de l'établissement.

Paul Achleitner a été désigné pour un deuxième mandat lors d'une réunion du conseil de surveillance fin octobre, a précisé cette source.

Les actionnaires de la banque seront appelés à se prononcer sur ce choix lors de l'assemblée générale annuelle prévue au printemps prochain. Plusieurs actionnaires ont déclaré vendredi que la reconduction de Paul Achleitner pourrait être menacée par les mauvais résultats de la banque et par la chute de son cours de Bourse.

"La banque a besoin de stabilité et de continuité", a dit la source.

Deutsche Bank a accepté en 2015 de verser 2,5 milliards de dollars (2,36 milliards d'euros) aux autorités américaines et britanniques pour solder un litige portant sur des soupçons de manipulation de taux interbancaires comme le Libor.

Les autorités de régulation américaines et britanniques ont reproché à l'établissement d'entraver leur enquête, longue de sept ans. Elles ont directement accusé des cadres de Deutsche Bank de les avoir induites en erreur et elles lui ont ordonné de limoger sept employés.

Certains actionnaires ont accusé Paul Achleitner et d'autres membres du conseil de surveillance d'être responsables de ce manque de coopération, ce qui a condamné Deutsche Bank à devoir payer plus que d'autres établissements.

Une enquête interne a conclu que Paul Achleitner n'avait pas enfreint ses obligations dans le cadre de cette enquête, a dit la source, confirmant les affirmations du journal Süddeutsche Zeitung dans un article à paraître lundi.

Deutsche Bank a refusé de s'exprimer sur le sujet dimanche.

D'après Süddeutsche Zeitung, la banque continue d'enquêter sur certains de ses anciens dirigeants.

Une motion réclamant une enquête externe avait été rejetée en mai dernier lors de l'assemblée générale annuelle. (Arno Schütze et Kathrin Jones; Bertrand Boucey pour le service français)