LEAD 1-L'ancien numéro un de Canal+ Bertrand Meheut rejoint SFR-source

dimanche 20 novembre 2016 17h59
 

(Actualisé avec source et précisions)

PARIS, 20 novembre (Reuters) - L'ancien numéro un de Canal+ Bertrand Meheut, remercié l'an dernier par Vincent Bolloré, va rejoindre le conseil d'administration de SFR, a-t-on appris dimanche de source proche du dossier, confirmant une information des Echos.

Cette nomination à valeur de symbole apporte un signal supplémentaire des ambitions de l'opérateur télécoms dans les médias au moment même où l'ancien employeur de Bertrand Meheut, Canal+, peine toujours à endiguer les départs de ses abonnés.

Bertrand Meheut devrait occuper les fonctions de vice-président du conseil d'administration aux côtés de son président Michel Combes.

Contacté par Reuters, un porte-parole de SFR n'a souhaité faire aucun commentaire.

Numéro deux français des télécoms, SFR mise sur ses investissements récents dans les contenus - rachat de titres de presse, acquisitions dans l'audiovisuel à l'image de BFM TV ou percée dans les droits sportifs avec la Premier League - pour se distinguer sur un marché français fortement concurrentiel.

Bertrand Meheut, qui a passé 13 ans chez Canal+, pourra apporter à la filiale de Patrick Drahi son expertise dans le cinéma, la création de nouveaux contenus dont Canal+ a été précurseur quand il en était à la tête ou l'acquisition de droits sportifs.

Entré au sein de la filiale de Vivendi en 2002, Bertrand Méheut, ingénieur de formation, a notamment contribué au redressement du groupe de télévision et à asseoir son statut de numéro un français de la télévision payante.

Ses détracteurs l'accusent toutefois de ne pas avoir su anticiper les bouleversements provoqués par l'émergence de nouveaux acteurs venus d'internet comme Netflix face auxquels le modèle Canal+, figé dans une offre unique et chère à près de 40 euros, est apparu obsolète.

Bertrand Meheut, de même que son numéro deux Rodolphe Belmer, ont été remerciés de la chaîne lors de sa reprise en main par Vincent Bolloré, président du conseil de surveillance de la maison mère Vivendi, à l'été 2015.

Le milliardaire breton a depuis remanié en profondeur les équipes dirigeantes, imposé des réductions de coûts et transformé les offres commerciales sans parvenir pour l'instant à renouer avec la croissance des abonnements. (Marine Pennetier et Gwénaëlle Barzic, édité par Andrew Callus et Bertrand Boucey)