Obama et les Européens affichent leur unité une dernière fois

vendredi 18 novembre 2016 15h12
 

BERLIN, 18 novembre (Reuters) - Barack Obama et les dirigeants des principales puissances européennes se sont retrouvés vendredi à Berlin pour une réunion informelle, la dernière pour le président américain dont le mandat s'achève en janvier.

Au cours d'un déjeuner, le futur ex-dirigeant s'est employé à rassurer Angela Merkel, François Hollande, Theresa May, Matteo Renzi et Mariano Rajoy sur les perspectives des relations entre le Vieux continent et les Etats-Unis après la victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle du 8 novembre dernier.

Les Européens redoutent que l'arrivée de Donald Trump dans le Bureau ovale provoque un bouleversement des équilibres diplomatiques, l'homme d'affaires ayant notamment considéré au cours de sa campagne que l'Otan coûtait trop cher aux Etats-Unis et laissé entrevoir un rapprochement avec Moscou.

Les dirigeants réunis à la chancellerie fédérale se sont accordés sur la nécessité de continuer de coopérer pour stabiliser le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord et pour trouver des solutions diplomatiques aux conflits en Syrie et en Ukraine.

Les Européens attendaient de ce déjeuner que Barack Obama leur apporte son soutien alors qu'ils s'apprêtent à prolonger les sanctions visant la Russie en raison de son rôle dans l'est du pays et qu'ils réfléchissent à de nouvelles mesures contre Moscou en raison de son soutien à Damas.

Lors d'une conférence de presse organisée avec Mariano Rajoy, Angela Merkel a précisé qu'aucune décision n'avait été prise sur la prolongation des sanctions liées au dossier ukrainien et que celles qui concernent la Syrie n'avaient pas été abordées.

Les Européens redoutent que Moscou mette à profit la période précédent la passation de pouvoir entre Barack Obama et Donald Trump pour lancer de nouvelles offensives en Syrie et un Ukraine.

"Ils ont estimé à l'unanimité que la Russie devait respecter les engagements qu'elle a pris lors des accords de Minsk et que les sanctions visant la Russie devraient être maintenues jusqu'à ce qu'elle s'y conforme", dit un communiqué de la Maison blanche.

Le président américain s'est ensuite envolé pour le Pérou où il participera au sommet de la région Asie-Pacifique (Apec). (Jeff Mason, Nicolas Delame pour le service français)