November 18, 2016 / 7:47 AM / 8 months ago

LEAD 3-Volkswagen va supprimer 30.000 postes dans le monde

5 MINUTES DE LECTURE

* La marque VW entend tourner le dos au scandale

* Un plan stratégique en préparation

* La marque va investir dans la voiture électrique (Actualisé avec baisse de l'investissement et de la R&D, cours de Bourse)

par Andreas Cremer et Jan Schwartz

FRANCFORT, 18 novembre (Reuters) - Volkswagen a annoncé vendredi qu'il allait supprimer 30.000 emplois dans le monde au sein de sa marque éponyme dans le cadre d'un plan visant à réaliser 3,7 milliards d'euros d'économies par an d'ici à 2020.

Le groupe, qui outre la marque VW comprend également Audi, Seat ou encore Skoda et emploie 610.076 personnes au total, entend ainsi améliorer sa rentabilité et tourner le dos au scandale des émissions de ses véhicules diesel en investissant massivement dans les voitures électriques et les véhicules autonomes.

Volkswagen compte ainsi mettre sur le marché plus de 30 modèles de véhicules purement électriques d'ici 2025.

Les syndicats ont déclaré avoir accepté les réductions d'emploi contre la promesse du constructeur d'éviter les licenciements secs d'ici à 2025, en privilégiant les départs volontaires et la réduction des postes à temps partiel.

Les suppressions d'emploi concerneront principalement l'Allemagne, avec 23.000 postes, mais aussi l'Amérique du Nord, le Brésil et l'Argentine.

Volkswagen vise une augmentation de 25% de la productivité dans les usines allemandes, a annoncé le constructeur lors d'une conférence de presse.

Le groupe entend faire passer la marge d'exploitation de sa marque éponyme à 4% d'ici à 2020, à comparer à une prévision de 2% pour cette année, un objectif cependant qualifié de "très ambitieux" par le patron de la marque, Herbert Diess.

L'objectif d'une marge à 4% est en outre inférieur à celui de certains de ses concurrents généralistes, notamment Peugeot Citroën, qui vise 6% à l'horizon 2021.

Nouvelle stratégie

Les accords conclus avec les syndicats sur les réductions de coûts et les investissements sont le prélude à une nouvelle stratégie pour VW qui sera présentée dans les semaines à venir, a dit Hebert Diess.

Les accords permettront d'améliorer la compétitivité et la productivité de la marque VW, a déclaré pour sa part le président du directoire du groupe, Matthias Müller.

"La marque VW a besoin d'un vrai remaniement et c'est exactement ce que représente ce pacte pour l'avenir", a-t-il dit.

"Tout le monde au sein de la marque VW a compris ce qui est en jeu: créer une marque VW forte et préparée aux défis du futur", a-t-il ajouté.

Les dirigeants des organisations syndicales ont consenti aux suppressions de postes en échange de la promesse de la direction de créer de nouveaux emplois et de faire des investissements dans les véhicules électriques.

VW s'est ainsi engagé à investir 3,5 milliards d'euros dans les technologies liées aux voitures électriques dans les années à venir et à créer 9.000 postes à la faveur de ces investissements, notamment sur les sites de Wolfsburg, dans le Land de Basse-Saxe, et Zwickau (Saxe).

Parallèlement, Volkswagen entend réduire ses coûts d'investissement et de développement dans les années à venir pour financer sa stratégie vers les voitures "propres" n'émettant aucune émission polluante.

Le ratio d'investissement dans les activités automobiles de VW diminuera à 6% d'ici à 2020, contre 6,9% en 2015, a précisé le constructeur, ajoutant que les coûts de développement seront réduits au même niveau.

Le Titre réduit Ses Gains

Selon une source, la direction de Volkswagen a décidé de la construction d'un SUV électrique dans sa principale usine, à Wolfsburg, et d'une plus petite voiture électrique sur un autre site à Zwickau, dans l'est de l'Allemagne.

Les moteurs électriques seront construits à Kassel (Hesse) et les éléments de batteries seront fabriqués à Salzgitter (Basse-Saxe) et Brunswick (Basse-Saxe), selon cette même source.

Le titre Volkswagen a pris jusqu'à 2% à la suite de ces annonces avant de réduire ses gains. Il gagne 0,30% à 117,9 euros en Bourse de Francfort vers 15h05 GMT.

Le constructeur allemand a accepté de verser 16,5 milliards de dollars (15,43 milliards d'euros) dans le cadre du scandale, qui a éclaté en septembre 2015, de manipulation des tests d'émissions polluantes de ses véhicules à moteur diesel aux Etats-Unis.

L'action reste en baisse de 11,9% depuis le début de l'année, en ligne avec le secteur (-12,2%).

Volkswagen a annoncé par ailleurs vendredi que les ventes de la marque VW en Chine devraient progresser cette année de 340.000 unités pour atteindre trois millions. (Patrick Vignal et Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below