Lafarge-Les syndicats craignent de nouvelles baisses d'effectifs

jeudi 17 novembre 2016 21h06
 

PARIS, 17 novembre (Reuters) - Plusieurs syndicats de LafargeHolcim craignent que le cimentier franco-suisse n'annonce vendredi des réductions de coûts pouvant passer par de nouvelles suppressions d'emplois en France, ont dit à Reuters plusieurs sources syndicales.

Le cimentier franco-suisse, né de la fusion entre Lafarge et Holcim, organise une journée investisseurs à Londres. A cette occasion, le directeur général Eric Olsen et le directeur financier Ron Wirahadiraksa aborderont les grands objectifs stratégiques du groupe et feront le point sur les progrès réalisés pour atteindre les cibles fixées à l'horizon 2018.

"Nous sommes déjà impactés par le troisième plan social mis en oeuvre en 2016 par LafargeHolcim en France. Cela ne nous surprendrait pas que d'autres suppressions d'emplois puissent être annoncées et très certainement mises en musique avant la fin de l'année", a indiqué une des sources.

Selon les syndicats, LafargeHolcim a déjà supprimé 600 emplois dans ses entités françaises de services et de recherche depuis le début de l'année, et envisage d'ores et déjà une centaine de suppressions d'emplois supplémentaires.

Une porte-parole de Lafarge a refusé de faire un commentaire.

Les sources syndicales soulignent qu'il est peu probable que le directeur général Eric Olsen entre vendredi dans le détail de l'évolution des effectifs des différentes zones d'activités concernées.

Dimanche dernier, le journal suisse Sonntagszeitung avait rapporté que LafargeHolcim annoncerait vendredi des mesures de réduction des coûts passant par des suppressions de postes sur ses principaux marchés, dont la France, et par la vente ou la fermeture de filiales étrangères. (Gilles Guillaume, édité par Véronique Tison)