LEAD 1-Le Mexique relève ses taux après la victoire de Trump

jeudi 17 novembre 2016 21h18
 

(Actualisé avec communiqué de la banque centrale)

MEXICO, 17 novembre (Reuters) - La banque centrale du Mexique a relevé jeudi ses taux d'intérêt en avertissant que l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis risquait de remettre en cause l'orientation de la deuxième économie d'Amérique latine.

Banco de Mexico a relevé son taux directeur de 50 points de base à 5,25%, comme le prévoyaient la majorité des économistes interrogés par Reuters, tentant ainsi d'enrayer la chute de sa devise qui est tombée à un plus bas record après l'élection de Trump la semaine dernière.

Le peso a pourtant décroché de nouveau après l'annonce, cédant environ 1% à 20,42 pour un dollar, certains intervenants du marché ayant parié sur un resserrement plus agressif d'au moins 75 points de base.

Dans son communiqué, la banque centrale explique que le résultat de l'élection américaine risque d'affecter les relations bilatérales entre Washington et Mexico, en plus du regain de volatilité qu'elle pourra susciter.

"L'environnement dans lequel évolue l'économie nationale est caractérisé par une incertitude accrue", écrit-elle.

Elle souligne que les banques du pays sont bien capitalisées mais invite le gouvernement à prendre des mesures supplémentaires pour améliorer les fondamentaux économiques.

Le peso a cassé le seuil psychologique des 20 pour un dollar la semaine dernière en subissant son plus fort recul en deux jours depuis sa dévaluation de 1995. La devise mexicaine s'est dépréciée de plus de 8% au total sur la semaine, ce qui devrait se traduire par une accentuation de l'inflation.

Le peso est sous pression depuis la mi-août quand Trump a commencé à progresser dans les sondages. Durant la campagne, le candidat républicain a menacé de dénoncer l'accord de libre-échange qui lie les deux pays et il a proposé de bloquer les transferts d'argent des immigrants mexicains afin de financer la construction d'un mur à la frontière. (Michael O'Boyle et Christine Murray, Véronique Tison pour le service français)