La Turquie aura sécurisé ses frontières l'an prochain-ministre

jeudi 17 novembre 2016 12h02
 

ANKARA, 17 novembre (Reuters) - La Turquie espère réussir à sécuriser l'ensemble de ses frontières dans la première moitié de l'année prochaine, a annoncé le ministre turc de la Défense jeudi.

L'armée turque a lancé en août une opération militaire baptisée "Bouclier de l'Euphrate" et mobilisé des blindés, son aviation et son artillerie pour lutter en territoire syrien contre les combattants de l'Etat islamique et contre les milices kurdes.

"Nous nous attendons à ce que la sécurité totale de nos frontières soit établie dans la première moitié de 2017", a déclaré Fikri Isik lors d'une déclaration devant le Parlement.

La prochaine étape de l'opération "Bouclier de l'Euphrate" vise à poursuivre l'avancée en direction du sud et "nettoyer" certaines zones de la présence de djihadistes comme la ville d'Al Bab.

Cette localité est d'une importance stratégique pour la Turquie car les milices kurdes tentent également de s'en emparer.

Les autorités turques veulent à tout prix empêcher les kurdes de créer une continuité territoriale en réunissant les cantons qu'ils contrôlent dans le nord de la Syrie. Ankara redoute que, dans cette hypothèse, les Kurdes se servent de ce territoire pour asseoir leurs revendications séparatistes.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a indiqué mercredi que les rebelles syriens soutenus par son pays se trouvaient à deux km d'Al Bab. Un porte-parole de l'armée américaine a déclaré que la coalition opérant en Syrie ne soutenait pas cette opération.

Le ministre Fikri Isik a par ailleurs précisé que 20.000 personnes avaient été exclues des forces armées et de ses centres de formation après le putsch manqué du 15 juillet.

L'armée va recruter 30.000 personnes, dont des étudiants, au cours des quatre prochaines années pour regarnir ses rangs, a précisé Isik.

(Tuvan Gumrukcu; Pierre Sérisier pour le service français)