LEAD 1-SoLocal menace d'annuler l'AG du 15/12 si la fronde se poursuit

mercredi 16 novembre 2016 20h58
 

(Actualisé avec autres déclarations du DG)

PARIS, 16 novembre (Reuters) - SoLocal a menacé mercredi d'annuler son assemblée générale prévue le 15 décembre si des actionnaires activistes, dont Benjamin Jayet, continuaient de s'opposer au plan de restructuration financière du propriétaire de PagesJaunes.

Lors d'une conférence téléphonique, son directeur général Jean-Pierre Remy a indiqué qu'un rejet du nouveau plan de restructuration de la dette, tel que présenté le 3 novembre, risquait d'entraîner SoLocal dans une procédure de redressement judiciaire.

Ce nouveau projet a été en début de semaine critiqué par Benjamin Jayet, premier actionnaire de SoLocal avec 7% du capital.

"Si Monsieur Jayet ne revient pas sur ses propos, l'AG sera annulée", a déclaré Jean-Pierre Remy.

"Ses déclarations sont des déclarations de guerre à l'entreprise (...) L'entreprise fait face à une dégradation très sévère de son activité. C'est sa survie qui est en jeu", a-t-il martelé.

Jean-Pierre Remy a aussi fait savoir qu'il quitterait ses fonctions si SoLocal était placé en redressement judiciaire, tout en précisant qu'il le ferait pour présenter son propre projet de reprise de l'entreprise.

Le 19 octobre dernier, les actionnaires ont rejeté la première mouture du plan de restructuration financière et l'entreprise est par la suite parvenue à un nouveau projet jugé plus favorable aux actionnaires.

Ce dernier doit encore être approuvé par la majorité des deux-tiers des créanciers dans un premier temps et des actionnaires dans un second temps, avant d'être soumis au tribunal de commerce de Nanterre.

Très remonté contre cette nouvelle opposition au plan de restructuration financière, Jean-Pierre Remy a en outre jugé la démarche des actionnaires activistes "irresponsable" et "opportuniste".

"En aucun cas nous n'accepterons de renégocier ce plan", a encore dit le directeur général de SoLocal, estimant que l'entreprise était prise "en otage". (Matthieu Protard, édité par Jean-Michel Bélot)