GRAPHES-Dettes-France, Italie, Irlande, victimes de l'effet Trump

mercredi 16 novembre 2016 17h51
 

* Ecartement des spreads souverains depuis la victoire de Trump

* bit.ly/2fVEEBl et bit.ly/2gh1ZAu

* Des facteurs politiques en Italie, France et Autriche

* Le risque d'une moindre attractivité fiscale pénalise Dublin

16 novembre (Reuters) - La victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle américaine a accentué la discrimination par les investisseurs des dettes souveraines de la zone euro, l'Italie, la France et l'Autriche mais aussi l'Irlande apparaissant pour l'instant comme les principales perdantes de cette nouvelle donne.

Les anticipations d'une accélération de l'inflation alimentée par la politique budgétaire expansionniste promise par Donald Trump au cours de sa campagne ont provoqué un large mouvement de hausse des rendements obligataires à travers le monde.

Au sein de la zone euro, ce mouvement s'est accompagné d'un élargissement des écarts de rendement à long terme sur la dette souveraine de certains pays par rapport à celle de l'Allemagne, considéré comme le pays le plus solvable de la zone, pour des motifs toutefois différents.

L'élection de Donad Trump a remis au centre des préoccupations des investisseurs les risques d'une vague populiste qui pourrait fragiliser la zone euro.

Les pays confrontés à des échéances électorales prochaines et caractérisés par une montée du populisme ont ainsi connu un élargissement plus marqué de leur écart de rendement (spread) souverain par rapport à l'Allemagne que d'autres.   Suite...